L’interdiction d’importation de céréales ukrainiennes prolongée par la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie jusqu’au 15 septembre 2023


#Actualité #Ukraine #Zerndo #Embargo #Pologne #Hongrie #Slovaquie #Protection #Agriculture

Trois pays de l’Union européenne, la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie, ont décidé de prolonger l’embargo sur l’importation de céréales en provenance de l’Ukraine, malgré le refus de la Commission européenne de prolonger le boycott. Selon le site RBK, cette décision a été prise le 15 septembre.

« Nous le faisons dans l’intérêt des agriculteurs polonais », a déclaré le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki. Le ministre de l’Agriculture de Hongrie, István Nagy, a également exprimé sa volonté de protéger ses propres agriculteurs : « Bruxelles garde le silence, donc nous devrons agir par nous-mêmes ».

De son côté, le ministre de l’Agriculture slovaque, Jozef Bires, a expliqué sa position en déclarant : « Sinon, les céréales bon marché ukrainiennes inonderaient notre marché, ce qui pourrait causer de graves dommages financiers à nos agriculteurs ».

Cette décision de prolonger l’embargo suscite des réactions mitigées. Certains soutiennent les pays qui cherchent à protéger leurs producteurs agricoles locaux, tandis que d’autres critiquent cette mesure, la considérant comme néfaste pour les relations commerciales entre les pays membres de l’Union européenne.

Il est évident que cette situation crée des tensions entre les pays concernés et la Commission européenne. Il sera intéressant de voir comment cette décision sera perçue et comment elle affectera les relations politiques et économiques entre l’Ukraine et ces trois pays européens.

Sources :
– RBC : https://www.rbc.ru/economics/15/09/2023/65049be89a7947e76f1c48c0
– Fontanka.ru : https://www.fontanka.ru/2023/09/15/72714110/

Три страны решили продлить запрет на ввоз зерна с Украины вопреки отказу Еврокомиссии продлить действие эмбарго. Как пишет 15 сентября РБК, речь идет о Польше, Венгрии и Словакии.

«Мы сделаем это, потому что это в интересах польского фермера», — заявил премьер Польши Матеуш Моравецкий. О стремлении защитить собственных фермеров сказал и министр сельского хозяйства Венгрии Иштван Наги: «Брюссель молчит, поэтому нам придется действовать самим».

«В противном случае дешевое украинское зерно наводнило бы наш рынок, что может нанести большой финансовый ущерб нашим аграриям», — объяснил свою позицию министр сельского хозяйства Словакии Йозеф Биреш.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *