Le rôle étonnant du fils d’Abbas dans la délégation pour la normalisation avec Israël


#NormalisationIsraëlArabieSaoudite: Le fils du chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, Yasser Abbas, a participé à la délégation gouvernementale chargée d’examiner le projet d’accord de normalisation entre #Israël et l’Arabie saoudite. Cette présence suscite la controverse car Yasser Abbas n’occupe actuellement aucune fonction officielle au sein du gouvernement palestinien.
#NépotismePolitique : La présence de Yasser Abbas renforce le sentiment de la population palestinienne que l’AP est mal gérée, que les décisions prises relèvent du caprice et que le népotisme est monnaie courante. Cette situation ne fait que renforcer l’image corrompue que les Palestiniens ont déjà de l’AP, selon un récent sondage.
#MahmoudAbbas #YasserAbbas #politiquepalestinienne #CorruptionPalestine
#Diplomatie : Yasser Abbas a participé à des réunions avec des responsables saoudiens et américains pour discuter du projet d’accord de normalisation. Les détails de ces réunions n’ont pas été rendus publics, renforçant l’aspect discret de sa présence.
#PeaceProcess #RelationsInternationales
#YasserAbbas : Homme d’affaires âgé de 62 ans, Yasser Abbas est régulièrement envoyé à l’étranger avec le titre d’envoyé spécial du président Mahmoud Abbas. Il a également été impliqué dans des contrats avec des organismes internationaux.
#AffairesInternationales #Palestine

La semaine dernière, le chef de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, a envoyé son fils Yasser à Ryad dans le cadre de la délégation gouvernementale chargée d’examiner le projet d’accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite, ont déclaré jeudi au Times of Israël deux sources proches du dossier.

Yasser Abbas faisait partie de la délégation – aux côtés du ministre des Affaires civiles de l’AP Hussein al-Sheikh, du chef des renseignements généraux de l’AP Majed Faraj et du conseiller diplomatique du président de l’AP Majdi al-Khalidi – alors qu’il n’occupe actuellement aucune fonction officielle au sein du gouvernement.

Le fils Abbas a participé aux réunions de la délégation palestinienne avec de hauts responsables saoudiens, dont le ministre des Affaires étrangères Faisal bin Farhan, ainsi qu’à une réunion avec une délégation américaine dirigée par Brett McGurk, le spécialiste des questions du Moyen-Orient à la Maison Blanche, et la Secrétaire d’État adjointe aux Affaires du Proche-Orient, Barbara Leaf.

Ramallah, Ryad et Washington ont préféré ne pas publier de compte-rendu ou de photos de ces réunions qui se sont tenues la semaine passée, ce qui a permis à Abbas de passer inaperçu.

Ghaith al-Omari, chercheur principal à l’Institut de Washington pour la paix au Moyen-Orient, estime que la présence de Yasser Abbas au sein de cette délégation est « choquante », étant donné que le fils du président « n’occupe aucune fonction officielle et ne prend pas part à la vie politique palestinienne ».

« Cela renforce le sentiment de la population palestinienne que l’AP est mal gérée, que les décisions prises relèvent du caprice et que le népotisme est monnaie courante. Rien ne justifie sa présence lors de ces réunions : cela ne fait que renforcer l’image corrompue que les Palestiniens ont déjà de l’AP », a déclaré Omari, citant un récent sondage selon lequel 81 % des Palestiniens considèrent l’AP comme corrompue.

Le cabinet de Mahmoud Abbas n’a pas souhaité s’exprimer sur la question.

Âgé de 62 ans, Yasser Abbas est un homme d’affaires qui vit une grande partie de l’année en dehors de la Cisjordanie.

Ces dernières années, il a participé à des réunions officielles aux côtés de son père et a été régulièrement été envoyé à l’étranger avec le titre d’envoyé spécial du président.

En 2009, un article de l’agence de presse Reuters a révélé que la Falcon Electro Mechanical Contracting Company de Yasser Abbas avait signé un contrat de 1,89 million de dollars avec l’Agence américaine pour le développement international (USAID) pour la construction d’une installation de traitement des eaux usées destinée à la ville d’Hébron, dans le sud de la Cisjordanie.

Le contrat a été signé cinq mois après que Mahmoud Abbas est devenu chef de l’AP. L’avocat de Yasser Abbas avait déclaré à Reuters que les offres avaient été soumises avant la prise de fonctions de son père.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à gauche) et le prince héritier Mohammed ben Salmane à Ryad, le 12 février 2019. (Crédit : Wafa)

Lors des réunions tenues avec la délégation de l’AP, la semaine dernière à Ryad, les dirigeants saoudiens ont assuré qu’ils « n’abandonneront pas » la cause palestinienne en s’engageant dans des négociations avec les États-Unis sur un possible accord de normalisation avec Israël, ont déclaré mercredi au Times of Israel un responsable américain et un responsable arabe.

Vous êtes un de nos fidèles lecteurs

C’est pour cette raison que nous avons créé le Times of Israel, il y a de cela onze ans (neuf ans pour la version française) : offrir à des lecteurs avertis comme vous une information unique sur Israël et le monde juif.

Nous avons aujourd’hui une faveur à vous demander. Contrairement à d’autres organes de presse, notre site Internet est accessible à tous. Mais le travail de journalisme que nous faisons a un prix, aussi nous demandons aux lecteurs attachés à notre travail de nous soutenir en rejoignant la communauté du ToI.

Avec le montant de votre choix, vous pouvez nous aider à fournir un journalisme de qualité tout en bénéficiant d’une lecture du Times of Israël sans publicités.

Merci à vous,
David Horovitz, rédacteur en chef et fondateur du Times of Israel


Rejoindre la communauté du Times of Israël


Rejoindre la communauté du Times of Israël

Déjà membre ? Connectez-vous pour ne plus voir ce message

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *