Le virus Nipah : le Kerala en Inde se précipite pour contenir une épidémie mortelle


#NipahVirus : L’Inde du Kerala se précipite pour contenir une épidémie mortelle

Le Kerala, un État du sud de l’Inde, prend des mesures pour contenir une épidémie du virus Nipah, après que deux personnes soient décédées de cette maladie rare et souvent mortelle, provoquant la fermeture des écoles et la mise en place de tests préventifs. Selon le ministre en chef du Kerala, Pinarayi Vijayan, le virus a été détecté dans le district de Kozhikode de l’État, exhortant les habitants à faire preuve de prudence et à suivre les directives de sécurité du département de la santé.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus Nipah est une maladie zoonotique transmise des animaux aux humains. Cependant, il peut également être transmis par l’intermédiaire d’aliments contaminés ou directement d’une personne à une autre. L’infection par le virus peut provoquer une maladie légère à grave, selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Les symptômes commencent souvent par un mal de tête et de la somnolence, mais peuvent rapidement évoluer vers un coma en quelques jours, indique le CDC. Il peut également provoquer un syndrome respiratoire aigu, où les poumons ne peuvent pas fournir suffisamment d’oxygène au corps, ainsi qu’une encéphalite mortelle, une inflammation du cerveau. Il n’existe pas de vaccin et le traitement se limite aux soins de soutien.

Jusqu’à présent, plus de 700 personnes ont été identifiées comme étant en contact étroit avec des cas confirmés et sont actuellement testées pour le virus, a déclaré la ministre de la santé de l’État, Veena George, lors d’une conférence de presse mercredi. Parmi elles, 77 sont considérées comme « à haut risque » et ont été priées de rester à la maison et de surveiller leur état de santé.

Les autorités du district de Kozhikode ont fermé certaines écoles et déclaré sept villages « zones de confinement », selon l’agence de presse Reuters. Le Kerala a déjà connu une épidémie mortelle de virus Nipah en 2018, qui a fait 17 morts et provoqué une panique généralisée dans l’État. Plus de 230 personnes avaient alors été testées, et les autorités avaient mis en place une opération rigide de recherche des contacts pour contenir sa propagation. Parmi les décédés figurait une infirmière qui traitait des patients dans un hôpital de Kozhikode.

Le virus Nipah a été identifié pour la première fois lors d’une épidémie en Malaisie entre 1998 et 1999, où près de 300 personnes ont été infectées et plus de 100 sont mortes, selon les CDC. Plus d’un million de porcs ont été abattus pour stopper sa propagation. Le virus a été nommé d’après le village de Kampung Sungai Nipah en Malaisie, où des éleveurs de porcs ont contracté la maladie. La plupart des infections humaines lors de cette épidémie étaient dues à un contact direct avec des porcs malades ou avec leurs tissus contaminés, selon l’OMS. D’autres épidémies ont eu lieu en Inde et au Bangladesh, avec plus de 600 cas humains signalés entre 1998 et 2015, a ajouté l’OMS. La transmission d’homme à homme du virus Nipah a également été signalée. Selon l’OMS, entre 2001 et 2008, près de la moitié des cas signalés au Bangladesh étaient dus à une transmission d’homme à homme, résultant du travail des employés auprès des patients infectés.

Le virus figure sur la liste de l’OMS des menaces épidémiques nécessitant des recherches et un développement urgent.



CNN
 — 

A state in southern India is taking measures to contain an outbreak of the Nipah virus after two people died from the rare and often deadly disease, shutting schools and testing hundreds to prevent its spread.

Kerala’s chief minister Pinarayi Vijayan said the virus has been detected in the state’s Kozhikode district, urging residents to exercise caution and follow the health department’s safety guidelines.

Two people have died from the virus, he said in a statement Wednesday, the state’s fourth outbreak since 2018. “We should not be afraid, but face this situation with caution,” Vijayan wrote on social media.

Nipah is a zoonotic virus transmitted from animals to humans, according to the World Health Organization (WHO). However, it can also be transmitted through contaminated food or directly between people.

Infection with the virus can cause mild to severe disease, according to the US Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Symptoms often begin with a headache and drowsiness but can quickly transform into a coma within a matter of days, the CDC says.

It can also cause acute respiratory syndrome – where the lungs cannot get enough oxygen to the body – and fatal encephalitis, an inflammation of the brain.

Residents fix a sign reading,

There is no vaccine, and treatment is limited to supportive care.

So far in Kerala, more than 700 people have been identified as close contacts and are being tested for the virus, the state’s health minister Veena George told reporters on Wednesday.

Of those, 77 are considered “high risk,” she said, adding the group has been asked to remain at home and monitor their health.

Authorities in Kozhikode have shut some schools in the district, its district collector said in a statement Wednesday. Meanwhile, seven villages have been declared “containment zones,” Reuters reported.

Kerala experienced a deadly outbreak of the Nipah virus in 2018, killing 17 people and causing widespread panic in the state. More than 230 people were tested during that time as authorities embarked on a rigid contact-tracing operation to contain its spread.

Among the dead was a nurse who was treating patients at a hospital in Kozhikode.

The following year, Kerala put more than 300 people under surveillance after a man was diagnosed with the virus. The state had another outbreak in 2021, claiming the life of a 12-year-old boy.

Nipah virus was first identified during a 1998-1999 outbreak in Malaysia, where nearly 300 people were infected and more than 100 died, according to the CDC. More than a million pigs were euthanized to halt its spread.

The virus was named after the village of Kampung Sungai Nipah in Malaysia, where pig farmers contracted the disease.

During that outbreak, most human infections resulted from direct contact with sick pigs or their contaminated tissues, according to the WHO. There have been subsequent outbreaks in India and Bangladesh, with more than 600 reported human cases between 1998 and 2015, it added.

Human-to-human transmission of the Nipah virus has also been reported. According to the WHO, between 2001 and 2008, around half of reported cases in Bangladesh were due to human-to-human transmission resulting from workers providing care to infected patients.

The virus is on the WHO’s list of epidemic threats in need of urgent research and development.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *