Des champignons magiques disponibles à l’achat sur Facebook Marketplace : une expérience fascinante à découvrir !


#Psychedeliques #ChampignonsMagiques #Marketplace #Drogue #VenteEnLigne #Illégal #ExpériencePsychédélique #Montréal #Canada #RéseauxSociaux #Sécurité #Fraude

Dans l’océan infini de produits disponibles sur Facebook Marketplace, une nouvelle gamme illégale fait son apparition : les champignons magiques. On ne s’attend pas à trouver des drogues sur cette plateforme, mais il semble qu’il soit maintenant possible de se procurer de quoi vivre une expérience psychédélique en quelques minutes seulement.

24 heures a découvert plus d’une dizaine d’annonces de revendeurs de champignons hallucinogènes opérant à quelques heures de Montréal. Certains proposent même une livraison à domicile, tandis que d’autres invitent les acheteurs à venir chercher leur paquet eux-mêmes. Les détails de contact, comme les noms d’utilisateur Telegram, sont généralement fournis dans l’annonce.

Bien sûr, les vendeurs ne révèlent pas leur identité, car la vente et la consommation de champignons magiques sont illégales au Canada. La plupart de ces comptes semblent avoir été créés récemment, spécifiquement dans le but de vendre ces produits.

La popularité de Facebook Marketplace auprès des revendeurs clandestins est compréhensible, car plus d’un milliard de personnes visitent cette plateforme chaque mois dans le monde entier.

Malgré la facilité d’achat de champignons magiques sur ces sites en apparence inoffensifs, il est important de se méfier. La culture de champignons dans des environnements non stériles peut comporter des risques de contamination par des métaux lourds ou d’autres substances nocives.

Le directeur de l’organisme en réduction des méfaits Cactus Montréal souligne également les risques de fraudes lors des transactions en ligne. Il est donc conseillé d’être prudent et de ne pas divulguer les informations de carte de crédit afin d’éviter les escroqueries.

En outre, il est essentiel de rappeler que la production, la vente et la possession de psilocybine, la substance psychoactive des champignons magiques, sont illégales et criminalisées au Canada. Des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans (pour la possession) et dix ans (pour le trafic) sont prévues par la loi.

Malgré la relative sécurité des champignons par rapport aux drogues synthétiques, il est crucial de faire preuve de prudence. Le directeur de Cactus Montréal recommande de faire un test avec une infime quantité de drogue avant de passer à une dose régulière.

En conclusion, bien que la disponibilité de champignons magiques sur Facebook Marketplace puisse sembler attrayante, il est important de ne pas ignorer les risques tant sur le plan légal que sur celui de la santé. La consommation de substances illicites présente toujours des dangers, et il est essentiel de se protéger en faisant preuve de vigilance et de prudence.


De toutes les choses qu’il est possible d’acheter sur Marketplace, une nouvelle gamme de produits – illégaux – est maintenant disponible: les champignons magiques. 

On ne se rend habituellement pas sur Marketplace pour acheter de la drogue. La plateforme de Meta permet toutefois à quiconque s’éloigne des recherches traditionnelles de trouver de quoi avoir une expérience psychédélique. En seulement quelques minutes, 24 heures a trouvé plus d’une dizaine d’annonces de revendeurs de champignons hallucinogènes opérants à quelques heures de Montréal. 

Certains proposent une livraison à domicile, alors que d’autres invitent à ramasser soi-même le paquet. Des publicités servent simplement à donner l’information nécessaire pour joindre le détenteur des champignons, comme un nom d’utilisateur Telegram.

Les annonceurs n’y dévoilent évidemment pas leur identité, puisque la vente, l’achat et la consommation de champignons magiques sont illégaux au Canada. La plupart des comptes suggérant d’acheter ces produits semblent avoir été créés spécifiquement à cette fin, en utilisant une image générique. Bon nombre de ces comptes ont d’ailleurs été créés il y a moins de 6 mois. 

L’attrait de Marketplace pour les revendeurs clandestins est facile à comprendre: plus d’un milliard de personnes visitent la plateforme chaque mois dans le monde, selon Meta.  

Aucun des revendeurs à qui nous avons écrit n’a accepté de répondre à nos questions. 


Capture d’écran 

Populaires et accessibles, les champignons

Depuis quelques mois, les amateurs de champignons magiques ont l’embarras du choix pour mettre la main sur ce produit illégal. 

En juin, l’entreprise Funguyz a illégalement ouvert un magasin de produits à base de psilocybine, le principal élément psychoactif des champignons psychédéliques, dans le quartier Ville-Marie, à Montréal. 

Les policiers sont intervenus à plusieurs reprises et l’entreprise semble avoir définitivement fermé ses portes depuis. De tels magasins sont toujours en opération en Ontario. 

Depuis cet hiver, de nombreuses affiches faisant la promotion de sites web permettant de se faire livrer illégalement des champignons magiques directement à sa porte tapissent les lampadaires de divers quartiers. Plusieurs sont toujours visibles. 

Pour le directeur de l’organisme en réduction des méfaits Cactus Montréal, Jean-François Mary, il n’y a aucun doute: l’engouement pour ces produits grandit. 

«Pour moi, ce genre d’affichage montre qu’il y a une forte demande pour ces produits. Sinon ils n’afficheraient pas dans la rue, et les sites ne seraient pas aussi travaillés», analyse-t-il.

Devrait-on se méfier des produits illégaux vendus sur ces sites à l’allure inoffensive? 

«Règle générale, les champignons sont une substance assez peu dangereuse et beaucoup plus sécuritaire que les drogues synthétiques, et ces sites sont perçus comme une bonne alternative aux revendeurs de rue. En plus, le contact avec le monde criminel est moins direct», estime Jean-François Mary.

Ça ne veut toutefois pas dire qu’il n’y a aucun risque, insiste le directeur de Cactus.

«Il y a quand même un risque associé au fait qu’on ne sait pas dans quel environnement ils sont poussés. Est-ce fait dans un milieu stérile? Sont-ils contaminés par des métaux lourds ou d’autres produits nocifs?»

La prudence est de mise

Les substances destinées à la consommation humaine, qu’elles soient psychoactives ou pas, présentent toujours des risques lorsque leur production n’est pas encadrée. Ainsi, Jean-François Mary conseille aux consommateurs d’être prudents et de toujours tester une infime quantité de la drogue qu’ils se procurent avant de passer à une dose régulière. 

«La première dose devrait être minuscule, comme si on cherchait à savoir si on est allergique», conseille-t-il. 

Il rappelle également que les transactions en ligne peuvent parfois mener à de la fraude. Un consommateur avisé devrait donc éviter de donner les informations de sa carte de crédit afin d’éviter de se faire avoir. 

Ce que dit la loi

À titre de rappel, malgré la facilité avec laquelle on peut acheter du mush, la production, la vente et la possession de psilocybine sont illégales et criminalisées au Canada. Cette substance fait partie de l’annexe III de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, et une offense peut occasionner un emprisonnement maximal de trois ans (possession) ou de dix ans (trafic). 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *