La cathédrale anglaise avec une porte pour chat de 400 ans : une histoire intrigante à découvrir !


La cathédrale anglaise avec la porte de chat vieille de 400 ans #Histoire #Animaux #Curiosités

La porte vieille de 400 ans de la cathédrale d’Exeter, en Angleterre, est en parfait état pour ce petit chat ! (photo par Diane Walker, courtoisie de la cathédrale d’Exeter)

Il circule quelques rumeurs quant à l’invention de la pratique porte de chat à travers laquelle nos amis bien-aimés entrent et sortent à leur guise, mais depuis quand cela existe-t-il réellement ? Apparemment depuis des siècles, comme en témoigne la cathédrale d’Exeter, dans le comté du Devon, en Angleterre, qui attire l’attention avec son trou de porte circulaire du XVIe siècle réservé au chat chargé de la lutte antiparasitaire.

L’historienne et auteure Diane Walker a déclaré à Hyperallergic que les archives de la cathédrale indiquaient que la porte en question avait été installée en 1376, lors de la rénovation de l’espace derrière celle-ci pour y loger une grande horloge astronomique. Les mécanismes de l’horloge étaient lubrifiés avec de la graisse animale, attirant ainsi les souris. En 1598, le registre indique que l’évêque d’Exeter de l’époque, William Cotton, avait payé des charpentiers pour découper un trou dans la porte afin que son chat attrape-mouches puisse résoudre le problème.

« L’idée que le trou ait été découpé pour permettre au chat de l’évêque d’attraper les souris dans l’espace où se trouvait le mécanisme de l’horloge amène à repenser la comptine « Hickory, Dickory, Dock » qui évoque une souris grimpant sur une horloge », a déclaré Walker à Hyperallergic. « L’histoire est généralement illustrée avec une image d’une souris courant à l’extérieur d’une horloge à balancier », a poursuivi Walker. « Mais il serait beaucoup plus logique d’associer l’idée d’une souris qui court sur une horloge à un mécanisme ancien, tel que celui de la cathédrale d’Exeter, où les mécanismes d’origine incluaient des lignes de poids permettant à une souris attirée par la graisse lubrifiante de grimper facilement. »

Le mieux dans tout cela, c’est que la cathédrale employait réellement des chats tout au long des XIVe et XVe siècles, pour la modique somme de 13 pences par trimestre, selon les archives écrites. On ne sait pas comment les chats recevaient leur salaire, mais l’idée d’un ami félin repartant avec un sac de pièces pour ses services est une vision charmante pour l’esprit.

Cela fait un moment que les chats ne font plus partie intégrante de la cathédrale, mais de temps en temps, un modèle à quatre pattes rend visite à la porte pour une séance photo destinée à la mise à jour des programmes de visite.

Même si cette porte de chat est très ancienne, Walker admet que ce n’est probablement pas la première du genre. L’église San Giorgio de Montemerano, en Italie, datant du XIVe siècle, possède également un trou pour chat découpé dans une porte peinte, maintenant préservée et exposée. Une peinture sur panneau représentant la Vierge Marie datant du XVe siècle, et réalisée par un peintre local anonyme surnommé le « Maître de Montemerano », a été adaptée en porte à l’église. Un trou circulaire a été découpé dans le panneau peint, en bas à droite, pour permettre aux chats chargés de la lutte antiparasitaire de garder les souris à distance. La peinture a donc été baptisée « Madonna della Gattaiola » (vers 1458), ou « La Vierge de la Chatière ».

Mais les humains se sont appuyés sur les chats pour lutter contre les nuisibles bien avant le XVe siècle. Les anciens Égyptiens étaient réputés pour vénérer les chats et honorer les divinités aux traits félin. On aurait pu penser que les portes pour chats auraient été intégrées à l’architecture et au design de l’Égypte antique compte tenu de la révérence culturelle envers les félins, mais deux égyptologues ont confirmé à Hyperallergic qu’ils n’avaient pas trouvé une telle invention dans leurs recherches. Salima Ikram, professeure, archéologue et experte en archéozoologie basée au Caire, a déclaré que bien que les chats étaient « certainement utilisés pour lutter contre les nuisibles », la géographie et le climat de l’Afrique du Nord-Est étaient tels que les maisons et les bâtiments étaient davantage en plein air, de sorte que les portes n’étaient pas souvent utilisées. Et Willeke Wendrich, professeure d’égyptologie architecturale à l’Université de Californie à Los Angeles, a déclaré à Hyperallergic que les chercheurs de terrain « ne disposent que de très peu de portes qui ont survécu depuis l’Antiquité ». Alors que Wendrich n’a pas encore trouvé de portes pour chat dans ses recherches, cela ne signifie pas qu’elles n’existaient pas. « Les chats étaient très appréciés dans l’Égypte antique et il me semble que l’idée d’une porte pour chat n’est pas si difficile à imaginer », a-t-elle déclaré.

[Source: Hyperallergic] (lien de l’article : https://hyperallergic.com/843206/the-english-cathedral-with-the-400-year-old-cat-door/)

The 400-year-old door hole in the Exeter Cathedral is as good as new for this little cat! (photo by Diane Walker, courtesy Exeter Cathedral)

There are a few rumors floating around about the invention of the handy cat door through which our beloved friends pass in and out as they please, but how far back does it go, really? Apparently for centuries, as the Exeter Cathedral in Devon county, England, is gaining attention for a 16th-century circular door hole for the resident pest control cat.

Historian and author Diane Walker told Hyperallergic that cathedral records indicated that the door in question was installed in 1376, when the space behind it was renovated and outfitted for a large astronomical clock. The clock’s mechanics were lubricated with animal fat which attracted mice down the line, and by 1598, per the records, then-Bishop of Exeter William Cotton had paid carpenters to make a hole in the door so his mouser cat could take care of the problem.

“The idea that the hole was cut to enable the bishop’s cat to catch mice in the space where the clock mechanism was located does lead to a re-think of the ‘Hickory, Dickory, Dock, the mouse ran up the clock’ nursery rhyme,” Walker told Hyperallergic

“The story is normally illustrated with a picture of a mouse running up the outside of a long-case clock,” Walker continued. “But it makes much more sense that the idea of a mouse running up a clock would be associated with an ancient clock mechanism, such as that at Exeter Cathedral, where the original mechanisms included weightlines making an easy climb for a mouse attracted to the lubricating tallow.”

The best part of it all is that the cathedral actually had cats on the payroll throughout the 14th and 15th centuries — 13 pence a quarter, according to written records. It’s unclear how the cats received their wages, but the idea of a feline friend being sent off with a sack of pennies for its services is a darling vision for the mind’s eye. It’s been a while since cats have been a fixture at the cathedral, but every so often, a meowdel pays a visit to the door for a photoshoot for updated guide programming.

Cuteness aside, even Walker admits that while this is a very old cat door, it’s unlikely to have been the first. The 14th-century church of San Giorgio in Montemerano, Italy, has its own cat hole cut into a painted door that’s now preserved and on display. A 15th-century painting on panel of the Virgin Mary by an anonymous local painter who went by the nickname “Master of Montemerano” was reportedly adapted into a door at the church. A circular hole was cut into the bottom right side of the painted panel for pest control cats to keep mice from the sacristy, and thus, the painting was dubbed “Madonna della Gattaiola” (c. 1458), or “The Virgin of the Cat Flap.”

The Master of Merano’s “Madonna della Gattaiola” (c. 1458), preserved and displayed at the Church of San Giorgio in Montemerano, Italy (photo by Matteo Vinattieri via Wikimedia Commons)

But humans have relied on cats for pest control long before the 15th century. Ancient Egyptians were known for pedestalizing cats and honoring deities with cat-like features. One would think that cat doors would have been folded into Ancient Egyptian architecture and design considering the cultural reverence for felines, but two Egyptologists confirmed with Hyperallergic that they haven’t come across any such invention in their research. Cairo-based professor, archaeologist, and archaeozoology expert Salima Ikram said that while cats were “definitely used for pest control,” the geography and climate of Northeast Africa meant that homes and buildings were more open-air so doors weren’t used often. And University of California, Los Angeles professor and architectural Egyptologist Willeke Wendrich told Hyperallergic that field researchers “hardly have any actual doors that have survived from antiquity.”

While Wendrich hasn’t come across cat doors in her research, it doesn’t mean that they didn’t exist. “Cats were highly appreciated in Ancient Egypt and it seems to me that the concept of a cat door is not all that hard to come up with,” she said.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *