Découvrez toutes les clés de la rénovation : techniques, financements, formations… rien n’a été laissé au hasard !


#Renodays de retour pour accélérer la rénovation des logements

Le #salon Renodays a ouvert ses portes ce 12 septembre 2023 à la Porte de Versailles à Paris. Cet événement incontournable dans le secteur de la rénovation propose plusieurs dizaines de conférences animées par plus de 130 intervenants. Une centaine de stands sont également présents pour présenter les solutions techniques, les financements, l’utilisation des CEE, les formations et les démarches de rénovation.

Renodays est bien plus qu’un simple salon, c’est un lieu d’échange et de discussion où tous les acteurs de la rénovation des logements se retrouvent. Les industriels présentent leurs solutions, tandis que les institutionnels, de l’Anah à Effinergie, promeuvent leurs rôles et leurs démarches. Les agrégateurs de CEE sont également présents pour expliquer leur fonctionnement.

Au cœur du salon, de larges espaces de rencontre et de discussion ont été aménagés pour favoriser les échanges. Renodays est un nouveau type d’événement, à mi-chemin entre le congrès et le salon, qui vise à optimiser les échanges autour du thème spécifique de la rénovation des logements.

L’un des points forts de Renodays est la mise en avant de la rénovation par étapes. Sur le stand-ombrelle d’Uniclima, qui regroupe également l’Afpac, l’AFCE et l’Association Energies & Avenir, les visiteurs peuvent découvrir cette approche exigeante mais réaliste. Cette méthode consiste à réaliser la rénovation de manière progressive, en planifiant précisément les différentes étapes sur une période de 10 à 15 ans. Cette approche permet d’éviter les obstacles techniques et financiers rencontrés lors d’une rénovation globale en une seule fois.

L’Afpac et l’Association Energies & Avenir défendent tous deux cette idée de rénovation par étapes. L’Afpac met en avant le remplacement des chaudières par des pompes à chaleur comme premier geste de rénovation, tandis que l’Association Energies & Avenir prône l’utilisation de boucles à eau chaude. Jean-Paul Ouin, délégué général d’Uniclima, souligne quant à lui l’importance des solutions de chaleur renouvelable, telles que le solaire thermique et le bois énergie, qui peuvent contribuer efficacement à la décarbonation.

Malgré les avantages de la rénovation par étapes, le marché du chauffage et de l’eau chaude connaît une baisse au premier semestre 2023. Uniclima indique que les ventes de générateurs de chauffage central à eau chaude ont chuté de 22% par rapport à la même période en 2022. Cela s’explique notamment par la baisse de la rénovation, ainsi que par la suppression des bonus pour les pompes à chaleur air/eau. Cette baisse est préoccupante pour le secteur de la rénovation.

Pour remédier à cette situation, Vaillant-Saunier Duval mise sur des solutions hybrides pour remonter la performance énergétique des logements. La marque Vaillant se concentre principalement sur le secteur collectif, tandis que Saunier Duval vise les solutions individuelles. Vaillant propose des pompes à chaleur air/eau et des chaudières gaz à condensation, combinées pour offrir une solution hybride performante. L’entreprise développe également des régulateurs intelligents pour piloter ces nouvelles installations, ainsi qu’un programme de formation et de soutien pour les installateurs et les entreprises de maintenance.

Enfin, Vaillant continue de fabriquer des panneaux et des systèmes solaires thermiques, malgré la diminution du nombre d’acteurs dans ce domaine. L’entreprise enregistre d’ailleurs une augmentation de l’intérêt pour le solaire thermique depuis deux ans, avec une croissance de 22% des chauffe-eau solaires individuels et une augmentation des ventes de capteurs solaires thermiques dans le secteur collectif.

Le salon Renodays offre donc aux professionnels de la rénovation l’occasion de rencontrer les acteurs clés du secteur, d’échanger sur les nouvelles techniques, les financements disponibles et les formations à suivre. C’est un événement à ne pas manquer pour tous ceux qui souhaitent contribuer à la rénovation énergétique des logements en France.

Source : batirama.com / Pascal Poggi

Il est 10 heures du matin, au premier jour du salon Renodays à Paris, la foule se presse dans l'allée centrale

Renodays prévoit plusieurs dizaines de conférences, animées par plus de 130 intervenants. Une centaine de stands présentent solutions techniques, financements, utilisation les CEE, formations, démarches de rénovation, …

Le salon Renodays a ouvert ce 12 septembre 2023, Porte de Versailles à Paris. C’est un lieu d’échange, plus qu’un salon. On y trouve tout l’univers de la rénovation des logements. Des industriels y présentent leurs solutions.

 

Des institutionnels, depuis l’Anah jusqu’à Effinergie, mettent en avant leurs rôles et leurs démarches. Les agrégateurs de CEE sont là.©PP

 

 

De nombreuses conférences sont prévues durant ces deux jours. ©PP

 

Mais surtout, au centre du salon, de larges espaces de rencontre et de discussion sont aménagés pour favoriser les échanges. Renodays est un nouvel animal, ni un congrès, ni un salon, mais un peu des deux quand même. C’est surtout le test d’une nouvelle formule, destinée à optimiser les échanges autour d’un thème précis, celui de la rénovation des logements.

 

En arrivant, après le café de rigueur tout de même, nous avons pris l’allée de droite et entrepris le tour de cette nouvelle manifestation.

 

La rénovation par étape

 

Premier arrêt sur le stand-ombrelle d’Uniclima, qui abrite également l’Afpac, l’AFCE, l’Association Française de la Ventilation, l’Association Energies & Avenir, … Toutes ces organisations défendent l’idée d’une rénovation exigeante, mais par étapes. Soulignant que la rénovation globale en une seule fois rencontre des obstacles techniques et financiers et ne permettra pas d’atteindre les objectifs de rénovation en volume auxquels la France a souscrit. Traduction, ces organisations craignent que le changement de rôle de l’Anah – annoncé, mais sans contenu précis pour l’instant – qui poussera la rénovation globale et, dans ce cadre, gèrera directement elle-même à la fois MaPrimeRénov’ et les CEE, ne se traduise simultanément par un assèchement des moyens financiers pour la rénovation par étapes et par de nouveaux délais.

 

L’idée d’une rénovation par étape est parfaitement logique. Encore faut-il l’encadrer sérieusement : une étude préalable qui décrit précisément les étapes à réaliser, un suivi des opérations dans le temps, étape par étape, on parle ici de 10 à 15 ans, …

 

L’Afpac, pour sa part, défend l’idée que remplacer une chaudière par une pompe à chaleur, en temps que premier geste de rénovation, prend tout son sens si le but est la décarbonation. Nous avions d’ailleurs décrit cette proposition. L’association Energies & Avenir, qui défend l’intérêt de la boucle à eau chaude, prône la même démarche par étape.

 

Jean-Paul Ouin, délégué général d’Uniclima, défend quant à lui, les solutions de chaleur renouvelables, comme le solaire thermique et le bois énergie, qui, en association ou à la place des pompes à chaleur, contribuent efficacement à la décarbonation. Il rappelle aussi qu’on ne parle pas assez de l’eau chaude sanitaire et dit « oui à la décarbonation, mais restons pragmatiques avant tout ». Traduction, on ne pourra pas mettre des pompes à chaleur partout et il ne faut pas oublier les autres solutions possibles.

 

Un marché du chauffage et de l’eau chaude en baisse

 

Uniclima profite de Renodays pour faire un point sur le marché du chauffage et de l’eau chaude sanitaire au 1er semestre 2023. Ce n’est pas réjouissant. La construction neuve chute, on le savait déjà. Mais, ce qui est nouveau selon Uniclima, c’est le fait que la rénovation chute aussi. Globalement, indique Uniclima, l’analyse du marché du chauffage à eau chaude montre un recul de 22% des ventes de générateurs de chauffage central à eau chaude au 1er semestre 2023, par rapport à la même période de 2022. Par rapport à 2022, les ventes de générateurs de chauffage central à eau chaude ont baissé de 92.000 pièces au 1er semestre 2023. C’est beaucoup.

 

Voici ce que ça donne dans le détail :

 

Le marché du chauffage au premier semestre 2023
Matériels Tendance 1er semestre 2023/2022 Remarque
Pompes à chaleur air/eau – 5 % Suppression des bonus au 1er avril et au 1er juillet 2023

Chaudières < 70 kW

– 30 %

 

Chaudières > 70 kW

– 50 %

 

Brûleurs

– 30 %

Baisse de la rénovation

Radiateurs

– 20 %

 

Pompes à chaleur air/air

+ 20 %

Rattrapage par rapport à la baisse de l’année précédente (- 18 % au 1er semestre 2022 par rapport à 2021)

 

Uniclima souligne que l’analyse des données « Coup de pouce » sur les travaux engagés pour l’installation de pac air/eau et eau/eau montre que la rénovation a baissé de 25% au second trimestre 2023 par rapport au second trimestre 2022. Bref, il n’y a pas de quoi se réjouir.

 

Vaillant-Saunier Duval renforce son offre hybride

 

Deuxième arrêt, le stand Vaillant- Saunier Duval.

 

Le groupe Vaillant affiche une stratégie bien claire en rénovation : contribuer à remonter la performance au moins jusqu’au niveau D du DPE grâce à des solutions hybrides, qui rassemblent pompe à chaleur plus chaudière gaz à condensation. ©PP

 

Dans cette stratégie, la marque Vaillant s’oriente davantage vers le collectif, tandis que Saunier Duval vise les solutions individuelles.

 

En collectif, Vaillant dispose de chaudières murales jusqu’à 120 kW de puissance unitaire et des pompes à chaleur air/eau Arotherm Plus au R290, cascadables jusqu’à 7 générateurs, soit 100 kW de puissance totale. Mais voilà, en rénovation, le problème est où mettre ces pac air/eau. Le groupe Vaillant dispose également de modèles de pac eau gycolée/eau et eau/eau qui peuvent répondre à cette difficulté.

 

Les chaudières murales gaz Vaillant à condensation sont équipées de brûleurs à prémélange. Ce qui signifie que le rendement est plus important à charge partielle qu’à puissance nominale. Traduction, si vous avez besoin d’une puissance de 120 kW, il est plus intéressant de la fractionner entre deux ou trois chaudières de 60 ou de 40 kW et de les faire fonctionner aussi longtemps que possible à charge partielle, de manière à optimiser leur rendement annuel.

 

Vaillant propose d’ailleurs des solutions de régulation intelligentes et connectées pour piloter ses nouvelles chaufferies hybrides et développe tout un programme de formation, d’aide à la mise en service, puis de soutien à la maintenance et à l’exploitation de ses nouveaux régulateurs de manière à ce que les installateurs et les entreprises de maintenance en tirent le meilleur parti.

 

Les régulateurs collectent les données de fonctionnement des chaufferies – avec l’autorisation préalable de leur propriétaire -, Vaillant stocke les données sur des serveurs sécurisés, puis les restitue à l’exploitant, soit en ouvrant ses API (Interface de programmation) pour les exploitants les plus calés en informatique, soit sous forme de tableaux de bord directement utilisables.

 

Enfin, Vaillant, tout en déplorant qu’il y ait de moins en moins d’acteurs en solaire thermique, continue de fabriquer des panneaux et des systèmes solaires thermique. Le groupe a opté depuis longtemps pour des solutions auto-vidangeables qui règlent le problème de la surchauffe et de la dégradation du fluide du circuit solaire primaire. Vaillant enregistre d’ailleurs un fort regain d’intérêt en faveur du solaire thermique depuis deux ans. Le marché aussi avec 22% de croissance des CESI (chauffe-eau solaire individuel) et une nette augmentation des ventes de capteurs solaires thermiques en collectif.

 

Demain, nous serons encore à Renodays.

Source : batirama.com / Pascal Poggi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *