« L’opposition persiste à vouloir interdire le concert du rappeur Freeze Corleone : un débat captivant et brûlant ! »


L’opposition municipale de Nantes est déterminée à tout mettre en œuvre pour faire interdire le concert du rappeur Freeze Corleone. Les membres du groupe « Mieux vivre à Nantes », affiliés à la droite, s’opposent fermement à la venue de l’artiste au Zénith de Nantes métropole le 1er décembre prochain. Ils dénoncent les propos antisémites que le rappeur aurait tenus dans certains de ses textes.

Depuis 2020, Freeze Corleone est régulièrement pointé du doigt pour ses références à Hitler, à l’Allemagne nazie et à la Shoah. Pour Foulques Chombart de Lauwe, conseiller municipal de droite, la liberté d’expression ne peut pas justifier des propos antisémites faisant l’apologie du nazisme, qui sont punis par la loi. Il compte donc sur le soutien de la justice administrative pour faire interdire le concert.

Cette opposition rappelle l’interdiction du concert du rappeur à Rennes en mars dernier. Nathalie Appéré, maire de Rennes, avait pris un arrêté municipal pour empêcher la tenue du spectacle au sein de la salle Le Liberté. Cependant, la justice administrative avait finalement donné raison à Freeze Corleone, affirmant que la liberté d’expression devait primer.

Face à cette situation, Nantes métropole se tourne maintenant vers le préfet pour trouver une solution. La collectivité, présidée par Johanna Rolland, maire socialiste, déclare ne pas cautionner les propos antisémites de l’artiste, mais reconnaît être démunie pour agir. Seul le préfet a le pouvoir d’interdire le concert au motif de troubles à l’ordre public.

Le Zénith de Nantes métropole, en tant qu’établissement public, n’a pas le droit de choisir les spectacles. Seules les manifestations à caractère syndical, politique ou cultuel doivent être autorisées par la collectivité. Dans son dernier album, Freeze Corleone a d’ailleurs suscité une nouvelle polémique en réclamant la peine de mort pour Pierre Palmade et en critiquant d’autres personnalités.

L’issue de ce débat reste incertaine. La décision de faire interdire le concert reviendra finalement au préfet, qui devra évaluer les risques de troubles à l’ordre public. En attendant, le rappeur continue de vendre ses billets et de préparer son spectacle. #Nantes #concert #FreezeCorleone #oppositionmunicipale #liberté d’expression #proposantisémites #justiceadministrative #préfet #ZénithdeNantesmétropole

Les billets sont en vente depuis plusieurs semaines. Le rappeur Freeze Corleone est programmé au Zénith de Nantes métropole le 1er décembre prochain. Et sa venue n’est clairement pas souhaitée par les élus de droite du groupe « Mieux vivre à Nantes », membres de l’opposition municipale nantaise. Le conseiller municipal Foulques Chombart de Lauwe (LR) demande ainsi aux autorités de « tout mettre en œuvre » pour empêcher la « diffusion de propos antisémites » émis par l’artiste francilien de 31 ans.

Depuis 2020, Freeze Corleone est régulièrement pointé du doigt pour certains de ses textes évoquant Hitler, l’Allemagne nazie ou la Shoah. « Un auteur ne peut pas confondre impunément liberté d’expression et propos antisémites, faisant l’apologie du nazisme, punis par la loi », s’insurge le conseiller municipal nantais. Il dit avoir « bon espoir » d’être suivi par la justice administrative.

En mars dernier, la maire de Rennes (PS), Nathalie Appéré, avait pourtant pris un arrêté municipal afin d’interdire le concert du rappeur lors d’un festival dans la salle Le Liberté. Cet arrêté avait été contesté par Freeze Corleone et la justice administrative (tribunal administratif d’appel puis Conseil d’Etat) avait finalement donné raison au musicien, permettant la tenue du spectacle.

Démunie, Nantes métropole s’en remet au préfet

Sollicité par 20 Minutes, Nantes métropole, dont la présidente n’est autre que la maire socialiste Johanna Rolland, indique qu’elle « ne cautionne évidemment pas les propos antisémites de cet artiste ». Néanmoins, « les maires n’ont pas les moyens d’intervenir en dehors d’un arrêté municipal dont on sait qu’il sera cassé », regrette la collectivité, soulignant toutefois que le préfet peut interdire le concert « au motif de risque de troubles à l’ordre public ».

Dans le cadre de ses obligations de service public, le Zénith ne peut choisir les spectacles des opérateurs qui le sollicitent. Seules les rencontres à caractère syndical, politique ou cultuelle doivent faire l’objet d’une autorisation préalable de Nantes métropole.

Dans son dernier album dévoilé début septembre, Freeze Corleone a de nouveau suscité la controverse en réclamant, dans un de ces textes, la « peine de mort pour Pierre Palmade ». Plusieurs autres personnalités sont aussi critiquées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *