« Une rentrée douloureuse : Le franc-parler cash de Patrick Cohen »


C’est douloureux… #PatrickCohen cash sur sa rentrée

Le célèbre journaliste Patrick Cohen fait parler de lui avec une rentrée fracassante. Après avoir quitté Radio France, il revient sur le devant de la scène avec un documentaire passionnant intitulé Mystifications. Diffusé le dimanche 3 septembre à 20h55 sur France 5, ce film enquête sur les mystifications scientifiques qui ont marqué l’histoire et qui continuent d’influencer notre époque.

Mais pourquoi s’intéresser à ce sujet ? Interrogé par Téléstar, Patrick Cohen explique que la crise du Covid et les controverses scientifiques qui en ont découlé ont été le point de départ de ce projet. Avec le réalisateur Dimitri Queffelec, ils ont sélectionné quatre histoires emblématiques qui ont une résonance particulière aujourd’hui. Il ne s’agit pas simplement de curiosités historiques, mais bien de situations qui continuent d’influencer notre perception du monde.

Le travail de recherche effectué pour ce documentaire repose sur des témoignages incontestables qui garantissent une intégrité scientifique. Par exemple, nous apprenons que la ciclosporine ne guérit pas le sida, malgré les espoirs qu’elle avait suscités à une époque. Ces idées mystificatrices fonctionnent parce que nous avons envie d’y croire, surtout lorsque la menace est forte.

En tant que père, Patrick Cohen reste vigilant quant aux informations que ses enfants peuvent recevoir. Il souligne qu’il réagirait vivement si l’un d’eux relayait des propos douteux. La sensibilisation aux sujets scientifiques et la lutte contre les mystifications font partie de ses priorités.

Mais Patrick Cohen ne se contente pas de son documentaire, il entame également sa douzième saison dans l’émission C à vous, diffusée sur France 5. Il explique que le magazine a évolué au fil des années et qu’il s’amuse beaucoup dans sa nouvelle partie. Il est même complimenté par Anne-Élisabeth Lemoine, qui affirme que la courbe d’audience s’envole lorsque Patrick intervient. Une belle reconnaissance pour le journaliste.

Malgré les succès professionnels, Patrick Cohen a connu des déceptions, notamment lorsqu’il a été écarté de l’animation de la matinale de France Info à la rentrée. Interrogé à ce sujet, il préfère ne pas alimenter les polémiques et les controverses. Il préfère se concentrer sur l’avenir et les nouveaux projets.

Cependant, son départ de Radio France a laissé un vide qu’il ressent douloureusement. Pour la première fois depuis 1984, il n’a pas de rendez-vous radiophonique à la rentrée. Il souhaite néanmoins revenir à la radio, car cela lui manque énormément. Une nouvelle étape de sa carrière à venir ?

La rentrée de Patrick Cohen est donc riche en émotions, entre un documentaire passionnant et une présence remarquée dans l’émission C à vous. En attendant de retrouver sa voix à la radio, il continue de nous captiver par son travail journalistique et son engagement pour la vérité scientifique. #documentaire #Mystifications #véritéscientifique #journalisme #Càvous

Le journaliste enquête sur les mystifications scientifiques dans un documentaire passionnant, Mystifications, dimanche 3 septembre à 20h55 sur France 5.

Qu’est-ce qui vous a amené à vous pencher sur ce sujet ?

Patrick Cohen : La crise du Covid et les controverses scientifiques qu’elle a engendrées. Avec le réalisateur Dimitri Queffelec, nous avons sélectionné quatre histoires emblématiques qui ont des résonances aujourd’hui. Ce ne sont pas juste des curiosités historiques.

Comment avez-vous travaillé ?

On a des témoins incontestables qui sont garants d’une intégrité scientifique. Par exemple, on sait désormais que la ciclosporine ne guérit pas le sida. Ces idées marchent parce qu’on a envie d’y croire, surtout quand une menace est forte.

En tant que père, sensibilisez-vous vos enfants à ces sujets ?

Ça ne s’est pas présenté mais si l’un d’eux avait relayé des propos douteux, je pense que j’aurais vivement réagi.

Vous entamez votre douzième saison dans C à vous. Toujours heureux ?

Oui parce que le magazine a évolué. Au début, j’étais la caution journalistique de l’émission. Aujourd’hui, ma partie s’est densifiée et je m’amuse beaucoup.

Anne-Élisabeth Lemoine dit que quand vous intervenez, la courbe d’audience s’envole. Un commentaire ?

Elle a dit ça ? Je ne savais pas. La production tient à ce que mon édito ouvre l’émission, évidemment, ça me fait plaisir. C’est un exercice qui demande de la concentration. J’ai une grande liberté dans le choix des sujets et leur traitement. C’est un privilège.

Comment définiriez-vous votre duo ?

Complémentaire et complice. On se connaît par cœur, nos qualités comme nos défauts et on compose avec.

Vous avez été pressenti pour animer la matinale de France Info à la rentrée puis écarté. Vous estimez-vous toujours victime d’une vendetta ?

Je ne dirai rien de plus là-dessus. Je ne veux pas rajouter de la polémique à la controverse.

Cet événement vous a poussé à quitter Radio France. Regrettez-vous cette décision ?

Non. Il fallait arrêter de se prêter à des faux-semblants.

Envisagez-vous un avenir à la radio ?

J’aimerais beaucoup y revenir. C’est ma première rentrée sans radio depuis 1984. Ça fait un vide et c’est douloureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *