Une rencontre inattendue : Tony Estanguet embarqué dans le taxi de Théo Curin


## Tony Estanguet dans le taxi de Théo Curin : une rencontre inspirante pour les Jeux de Paris 2024

#ThéoLeTaxi #JeuxOlympiques #Paris2024

Théo Curin, célèbre vice-champion du monde de paranatation, fait son grand retour à la télévision dans la nouvelle saison de l’émission « Aux Jeux, citoyens ! » en partenariat avec France 3. Et pour cette première, il a l’honneur d’accueillir Tony Estanguet, président du Comité d’Organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, dans son taxi.

Lors d’un échange passionnant entre les deux hommes, Théo a pu découvrir le parcours inspirant de Tony Estanguet, véritable pilote des Jeux. Il lui a posé de nombreuses questions, notamment sur ce que le petit Tony de sept ou huit ans dirait en voyant son parcours aujourd’hui. La réponse de Tony Estanguet est sincère et motivante : « Accroche-toi ! Parce qu’il va s’en passer. C’était magique d’être un athlète de haut niveau et de remporter des médailles. Mais le rêve continue avec l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques en France, et ça va être magique. »

Théo a également abordé le sujet de la rivalité entre Tony Estanguet et Michal Martikan, un adversaire qui a marqué la carrière du champion. Tony explique que cette rivalité était essentielle pour sa motivation, lui permettant de se dépasser jour après jour. Il souhaite à présent proposer les Jeux les plus spectaculaires et surpasser les précédentes éditions accueillies par d’autres pays.

Au-delà des performances sportives, Théo a également pu découvrir des facettes plus personnelles de Tony Estanguet. Il est amateur de chocolat noir, qui le détend et le rassure. Il avoue également avoir un problème avec les chaussures, détestant celles à pointes ou à talonnettes. Son style de prédilection : les baskets, qu’il porte dès que possible.

Théo n’a pas manqué de questionner Tony sur son stress à l’approche des Jeux. Le président du Comité d’Organisation admet ressentir une certaine pression à moins d’un an de l’événement. Cependant, il se montre très confiant dans sa capacité à s’adapter à toutes les situations imprévues. Il rappelle notamment son expérience en tant que porte-drapeau et assure que, même en cas de problème le jour de la cérémonie d’ouverture, il saura s’adapter et faire face.

Cette rencontre entre Théo Curin et Tony Estanguet dans le taxi de Théo a été riche en échanges et en émotions. Elle montre toute la détermination et la passion de Tony Estanguet pour l’organisation des Jeux de Paris 2024. Une rencontre inspirante qui annonce une belle saison pour « Demain les Jeux ».

Lien vers l’épisode : [https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/demain-les-jeux/tony-estanguet-dans-le-taxi-de-theo-curin_6014978.html](https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/demain-les-jeux/tony-estanguet-dans-le-taxi-de-theo-curin_6014978.html)

Cette saison, Théo Curin embarque dans son taxi des champions liés aux Jeux de Paris 2024. Pour la première, le président du Comité d’organisation des Jeux, Tony Estanguet.

Demain les Jeux repart pour une nouvelle saison en partenariat avec France 3, dans le cadre de l’émission Aux Jeux, citoyens !, où le vice-champion du monde de paranatation devient Théo le Taxi. Il embarque ainsi dans sa voiture une personnalité ou un champion, en lien avec les Jeux de Paris 2024. Premier invité : Tony Estanguet, le président du Comité d’Organisation des Jeux olympiques et paralympiques. Une expérience que Théo Curin raconte à Fabrice Rigobert.

franceinfo : Quoi de plus légitime que de commencer par le pilote des Jeux olympiques et paralympiques ?

Théo Curin : Quelle chance d’avoir Tony dans ce taxi. On a pu échanger longuement tous les deux. On a pu apprendre à le connaître, à lui poser plein de questions et c’était vraiment génial. Je lui ai par exemple demandé, avec le recul, ce qu’il dirait au petit Tony de sept huit ans, en connaissant aujourd’hui son parcours si inspirant. Voici sa réponse : 

« Accroche-toi ! Parce qu’il va s’en passer. Déjà, d’avoir vécu cette vie d’athlète de haut niveau, d’avoir fait les jeux quatre fois, d’avoir été médaillé. C’était magique. Et après ? Arrête ta carrière d’athlète. Ça faisait 20 ans que j’étais à fond dans le sport de haut niveau et finalement, le rêve continue pour moi parce qu’aujourd’hui, on va organiser les Jeux olympiques et paralympiques en France et ça va être magique. »

Vous êtes aussi revenu, Théo, dans cet échange sur sa rivalité avec un certain Michal Martikan ?

Oui, son grand adversaire, celui qui lui a fait faire longtemps des cauchemars. Tony m’a expliqué que, sans rivalité, rien ne se passe. Il en avait besoin, pendant sa carrière de sportif de haut niveau, pour se lever tous les matins et aller en compétition chaque week-end. Et puis, il a aussi fait le parallèle avec les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques, parce qu’il est déterminé à proposer les Jeux les plus fous, les plus impressionnants, et battre tous les autres pays qui les ont accueillis avant nous.

On apprend aussi que Tony Estanguet aime le chocolat, et qu’il a un problème avec certaines chaussures ?

C’est ça aussi, le taxi : apprendre à connaître les personnalités, ne pas s’intéresser uniquement aux performances, aux médailles, au chronomètre. Ainsi, Tony est avant tout un grand fan de chocolat noir. Cela lui permet de déstresser, d’être moins anxieux. Et c’est vrai, il a un gros problème avec les chaussures : il déteste celles à pointes ou à talonnettes. Son truc, ce sont les baskets, qu’il porte le plus souvent possible, même si cela ne passe pas toujours partout…

Vous évoquez le stress. Sentez-vous Tony Estanguet vraiment stressé à l’approche des Jeux ? 

Oui, évidemment. Je l’ai senti un peu stressé, à moins d’un an des Jeux olympiques et des Jeux paralympiques. Mais j’ai surtout ressenti chez lui une grande capacité à s’adapter. Je lui ai demandé ce qu’il ferait si le porte-drapeau tombait malade, le jour de la cérémonie d’ouverture :

« On s’adaptera. Le défilé pour les athlètes ne dure que 25 secondes à l’antenne, et que, au pire des cas, cela passera au zapping ! » Il a été porte-drapeau, il a cette expérience, il connaît l’exercice et je lui sens cette capacité à s’adapter à tout moment quand il y a des bouleversements.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *