Un dresseur de chiens aux méthodes controversées suscite des réactions à Toronto lors de sa visite


#ChiensDressageControverse : La visite d’un dresseur de chiens aux méthodes controversées fait réagir à Toronto

Augusto Deoliveira, connu sous le nom de The Dog Daddy sur les réseaux sociaux, est de passage à Toronto en fin de semaine pour donner des cours de #dressageDeChien. Certains dresseurs ontariens, choqués par les méthodes qu’il prône, s’y opposent vertement.

Augusto Deoliveira, qui compte plus de 2,8 millions d’abonnés sur Youtube, se décrit sur son site Internet comme un dresseur capable de gérer même les chiens les plus réactifs, agressifs et tendus. #TheDogDaddy

Il publie régulièrement des vidéos qui le montrent passer une laisse ou un collier autour d’un chien agité, et réussir, en quelques minutes, à le rendre visiblement plus docile. #MéthodesControversées

Augusto Deoliveira peut être vu en train de tirer sur des laisses assez fermement pour que les pattes avant d’un animal décollent du sol. Il utilise aussi des colliers à pointes, aussi appelés colliers torquatus, un outil controversé chez les dresseurs. #ColliersÀPointes

Andre Yeu, fondateur de l’école de dressage canin When Hounds Fly, se dit très inquiet par ce qu’il observe dans ces vidéos. Il reproche à Augusto Deoliveira d’utiliser des méthodes punitives, ou ce qu’il appelle du conditionnement aversif et de mettre les animaux dans un état de stress extrême pour mieux les contrôler. #MéthodesPunitives

Malheureusement, c’est maintenant bien connu que ce genre d’intervention cause des dommages à long terme aux chiens. Ça ne les aide pas et dans certains cas, ça peut les rendre plus agressifs et plus dangereux, estime-t-il. #Bien-ÊtreAnimal

Une pétition en ligne qui visait à empêcher Augusto Deoliveira de venir donner des cours à Toronto le 2 et 3 septembre a récolté plus de 2800 signatures. #PétitionControverse

Augusto Deoliveira n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue. Il a par contre souvent défendu ses méthodes de dressage contre les critiques sur les réseaux sociaux. #TheDogDaddyContre-Attaque

Je n’utilise pas de force excessive. Je n’étouffe pas et ne suspends pas de chiens par le cou, mais c’est si pratique d’utiliser ces mots pour décrire ce que je fais et créer de la haine et du dégoût envers moi, peut-on lire dans une publication datée du 2 septembre. #DéfenseDuDresseur

Dans la même publication, il affirme qu’il a appris exactement ce qui est efficace et ce qui ne l’est pas en deux décennies d’expérience en dressage. #ExpérienceDuDressage

Peu d’encadrement dans l’industrie du dressage

Beverly McKee, directrice du dressage pour la Toronto Humane Society, affirme d’ailleurs que le dressage punitif peut avoir sa place dans certains contextes. #DressagePunitif

Si un chien qui va courir dans la rue devant un tramway pour chasser un chat, on va tirer sur la laisse un bon coup. Techniquement c’est une punition, et ça arrête le comportement, explique-t-elle. #SituationsParticulières

Cependant, comme Andre Yeu, elle estime qu’en général, il est beaucoup plus efficace de miser sur le renforcement positif pour dresser un chien. #RenforcementPositif

C’est prouvé. Ça fonctionne. On apprend au chien ce qu’on veut qu’il fasse à la place de ce qu’il fait maintenant. Le chien a une très belle expérience. Il devient docile et joyeux. Il devient notre partenaire de plein gré, estime-t-elle. #Bien-ÊtreAnimal

Le conditionnement aversif est une méthode controversée, mais elle n’est pas illégale en Ontario. La loi provinciale interdit la cruauté envers les animaux, mais selon l’avocate en droit animalier Jennifer Friedman estime qu’elle contient beaucoup de zones d’ombre. #LoiSurLaProtectionDesAnimaux

Il y a une clause à propos de la détresse, et on pourrait argumenter que la façon dont un dresseur traite un chien cause de la détresse, dit-elle. #ProtectionDesAnimaux

Elle estime cependant que le milieu du dressage en général est très peu encadré dans la province. C’est une industrie qui est essentiellement dépourvue d’un quelconque type de réglementation, déplore-t-elle. #ManqueD’Encadrement

Par courriel, le ministère de la Justice de l’Ontario a affirmé que sa branche de protection des animaux traiterait toutes les plaintes de maltraitance qui lui sont soumises, incluant celles sur Augusto Deoliveira. #ProtectionDesAnimaux

Avec les informations de Tyler Cheese, CBC News

Augusto Deoliveira, connu sous le nom de The Dog Daddy sur les réseaux sociaux, est de passage à Toronto en fin de semaine pour donner des cours de dressage de chien. Certains dresseurs ontariens, choqués par les méthodes qu’il prône, s’y opposent vertement.

Augusto Deoliveira, qui compte plus de 2,8 millions d’abonnés sur Youtube, se décrit sur son site Internet comme un dresseur capable de gérer même les chiens les plus réactifs, agressifs et tendus

Il publie régulièrement des vidéos qui le montrent passer une laisse ou un collier autour d’un chien agité, et réussir, en quelques minutes, à le rendre visiblement plus docile.

Augusto Deoliveira peut être vu en train de tirer sur des laisses assez fermement pour que les pattes avant d’un animal décollent du sol. Il utilise aussi des colliers à pointes, aussi appelés colliers torquatus, un outil controversé chez les dresseurs.

Andre Yeu, fondateur de l’école de dressage canin When Hounds Fly, se dit très inquiet par ce qu’il observe dans ces vidéos.

Il reproche à Augusto Deoliveira d’utiliser des méthodes punitives, ou ce qu’il appelle du conditionnement aversif et de mettre les animaux dans un état de stress extrême pour mieux les contrôler.

Malheureusement, c’est maintenant bien connu que ce genre d’intervention cause des dommages à long terme aux chiens. Ça ne les aide pas et dans certains cas, ça peut les rendre plus agressifs et plus dangereux, estime-t-il.

Une pétition en ligne qui visait à empêcher Augusto Deoliveira de venir donner des cours à Toronto le 2 et 3 septembre a récolté plus de 2800 signatures.

Augusto Deoliveira n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue. Il a par contre souvent défendu ses méthodes de dressage contre les critiques sur les réseaux sociaux.

Je n’utilise pas de force excessive. Je n’étouffe pas et ne suspends pas de chiens par le cou, mais c’est si pratique d’utiliser ces mots pour décrire ce que je fais et créer de la haine et du dégoût envers moi, peut-on lire dans une publication datée du 2 septembre.

Dans la même publication, il affirme qu’il a appris exactement ce qui est efficace et ce qui ne l’est pas en deux décennies d’expérience en dressage.

Peu d’encadrement dans l’industrie du dressage

Beverly McKee, directrice du dressage pour la Toronto Humane Society, affirme d’ailleurs que le dressage punitif peut avoir sa place dans certains contextes.

Si un chien qui va courir dans la rue devant un tramway pour chasser un chat, on va tirer sur la laisse un bon coup. Techniquement c’est une punition, et ça arrête le comportement, explique-t-elle.

Cependant, comme Andre Yeu, elle estime qu’en général, il est beaucoup plus efficace de miser sur le renforcement positif pour dresser un chien.

C’est prouvé. Ça fonctionne. On apprend au chien ce qu’on veut qu’il fasse à la place de ce qu’il fait maintenant. Le chien a une très belle expérience. Il devient docile, et joyeux. Il devient notre partenaire de plein gré, estime-t-elle.

Le conditionnement aversif est une méthode controversée, mais elle n’est pas illégale en Ontario.  La loi provinciale interdit la cruauté envers les animaux, mais selon l’avocate en droit animalier Jennifer Friedman estime qu’elle contient beaucoup de zones d’ombre.

Il y a une clause à propos de la détresse, et on pourrait argumenter que la façon dont un dresseur traite un chien cause de la détresse, dit-elle.

Elle estime cependant que le milieu du dressage en général est très peu encadré dans la province.

C’est une industrie qui est essentiellement dépourvue d’un quelconque type de réglementation, déplore-t-elle.

Par courriel, le ministère de la Justice de l’Ontario a affirmé que sa branche de protection des animaux traiterait toutes les plaintes de maltraitance qui lui sont soumises, incluant celles sur Augusto Deoliveira.

Avec les informations de Tyler Cheese, CBC News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *