Résumé du match : WPG 30 SSK 32 – Plongez dans l’action enivrante !


Récapitulatif de match | WPG 30 SSK 32 REGINA – La première chose à souligner dans le grand schéma de l’histoire du Labour Day Classic… Les Winnipeg Blue Bombers ont perdu lors de l’affrontement annuel entre deux rivaux des Prairies, s’inclinant 32 à 30 en prolongation face aux Saskatchewan Roughriders devant une foule à guichets fermés au Mosaic Stadium. Par conséquent, leur fiche est maintenant de 9-3 et ils ont échoué dans leur première tentative de se qualifier pour les séries éliminatoires. Mais c’est le sous-intrigue de la défaite – et une action en particulier – qui sera certainement LE sujet de discussion à Winnipeg dans les jours précédant le match revanche samedi prochain lors du Banjo Bowl annuel. À un peu plus de quatre minutes de la fin du match, le quart-arrière des Blue Bombers, Zach Collaros, a été heurté par un coup de tête de Pete Robertson, un ailier défensif des Roughriders, bien après le coup de sifflet, les arbitres ayant mystérieusement manqué l’action avant que le commandement central n’intervienne pour réparer l’erreur. Les Blue Bombers ont ensuite pris les devants sur la prochaine action avec un touché de Brady Oliveira, mais ils ont commis suffisamment d’erreurs dans les dernières minutes pour perdre leur avantage. Cependant, la colère bouillonnante de Collaros – en particulier – était palpable à l’intérieur et à l’extérieur du vestiaire après la défaite. L’interview post-match de Collaros a duré seulement 69 secondes, mais sa réaction au coup était la plus émotive de sa carrière chez les Blue Bombers. Voici l’intégralité de l’échange avec Jeff Hamilton du Winnipeg Free Press lors du point de presse : Hamilton : « Tu étais assez en colère sur le banc après ce coup de Pete Robertson. Qu’as-tu vu ? » Collaros : « Qu’as-tu vu ? » Hamilton : « J’ai vu un gars te donner un coup de tête. » Collaros : « Ouais. Tu penses que la ligue fera quelque chose à ce sujet ? » Hamilton : « Je ne suis pas sûr. » Collaros : « Ça fait longtemps que tu es dans la ligue. Quelle serait ton hypothèse ? » Hamilton : « Je ne placerais pas trop d’espoir là-dessus. Collaros : « Ouais. » Hamilton : « Cette ligue ne me surprend plus vraiment. » Collaros : « Te surprendre ? Ça arrive tout le temps. » L’entraîneur-chef Mike O’Shea a ajouté : « À juste titre. Ridicule. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas de drapeau sur le terrain et que cela doit être renvoyé au commandement central. Je n’arrive pas à comprendre cela. J’entends trop souvent ‘Je ne l’ai pas vu.’ Je ne sais pas quoi dire. Je ne sais plus quelle est la norme, vraiment, et je siège au comité des règles. Je n’en ai aucune idée. » En fin de compte, le match ne s’est pas joué sur cette action, car les Roughriders ont marqué en prolongation et ajouté la conversion de deux points, tandis que les Blue Bombers ont raté leur propre conversion après que Collaros ait réussi une passe de 35 verges menant à un touché de Kenny Lawler. Mais, encore une fois, la revanche devient encore plus intéressante. « Il ne s’agit pas de vengeance ou autre chose, mais nous avons certainement une revanche à prendre pour ce qui s’est passé ce soir », a déclaré Nic Demski. « C’est la beauté de ce sport. Vous pouvez perdre un match, mais vous avez l’opportunité de revenir et de jouer la semaine suivante. Nous devons corriger certaines choses, évidemment. Mais en fin de compte, nous avons une autre occasion de sortir et de nous battre. » DÉPART DIFFICILE : Les Blue Bombers tiraient de l’arrière 3-0 après le premier quart en raison d’un départ poussif qui a débuté avec le botteur Brett Lauther des Roughriders récupérant son propre botté rapproché sur le botté d’envoi initial. Collaros n’a pas réussi de passe en première mi-temps et sa deuxième tentative a été interceptée par Nick Marshall. Au total, Winnipeg n’a obtenu que trois premiers essais et seulement 27 verges offensives nettes, toutes provenant de Brady Oliveira. « Je suis frustré. Je déteste perdre. Je joue à ce jeu pour gagner des matchs. Je suis très, très, très compétitif, tout comme ce groupe », a déclaré Oliveira, qui a accumulé 88 verges sur 17 courses. « Il y a beaucoup de gars énervés dans ce vestiaire en ce moment et c’est une bonne chose. Nous devons être en colère à ce sujet, ce n’est pas le résultat que nous voulions. Ils ont fait plus de jeux que nous. Crédit à eux. Mais nous sommes la meilleure équipe, c’est sûr. Nous devons jouer plus proprement, saisir les opportunités qui se présentent à nous et jouer un match complet de 60 minutes du début à la fin. » L’attaque des Blue Bombers a réussi à trouver un certain rythme, Collaros a réussi des passes de touché à Drew Wolitarsky et à Lawler, et Oliveira a inscrit deux touchés en course. Mais les erreurs ont été présentes sur le terrain dans les trois phases du jeu. DÉFENSE VACILLE, SE RELÈVE, S’EFFONDRE : La défense des Blue Bombers entrait dans le match avec neuf quarts sans accorder de touché – une série qui s’est prolongée jusqu’au premier quart. Mais face à Jake Dolegala, un jeune quart-arrière qui effectuait seulement son troisième départ, ils ont concédé 326 verges par la voie des airs et ont perdu une avance de quatre points au quatrième quart, dont un placement à égalité avec 31 secondes à jouer, puis le touché et la conversion en prolongation. « Certains jeux nous ont échappé, offensivement, défensivement et aussi sur les unités spéciales » a déclaré Willie Jefferson. « Nous devons nous en remettre et être meilleurs la semaine prochaine. Nous avions des opportunités pour les mettre hors de combat, éviter de les laisser gagner en deuxième essai, convertir en deuxième essai et obtenir quelques premiers essais en attaque et les reculer sur les unités spéciales. « La première chose à faire est de regarder les images, de corriger les erreurs, d’assumer nos erreurs. Nous sommes une bonne équipe. Ils ont joué un bon match. On leur donne crédit. Ils étaient chez eux, ils avaient le momentum par moments et ils ont été en mesure de faire des jeux à la fin pour se retrouver en tête. » PROCHAIN MATCH : « Nous passons au match de la semaine prochaine. Nous n’avons pas obtenu la victoire. Allons la chercher chez nous la semaine prochaine. Maintenant, il s’agit de nous. Il s’agit de donner le meilleur de nous-mêmes. Portons de l’affection les uns aux autres et jouons au football. C’est la seule chose que nous pouvons faire. Ce n’est pas une question d’autre chose, mais de nous. » – Jermarcus Hardrick. À NOTER : Les Roughriders détiennent désormais une avance de 38 à 20 dans le Classic depuis 1949… Collaros est maintenant à 6-1 dans les Labour Day Classics, ayant remporté trois victoires en tant que membre des Tiger-Cats de Hamilton, une victoire lors de sa saison avec les Roughriders et maintenant 2-1 depuis qu’il est un Blue Bomber… Winnipeg a vu sa série de six victoires consécutives contre les Riders prendre fin, y compris quatre victoires de suite contre leurs rivaux au Mosaic Stadium. LE GRAND MOMENT : La prolongation… les Riders marquent lors de leur première possession et réussissent la conversion de deux points, obligeant les Blue Bombers à marquer pour prolonger la prolongation. Collaros se connecte avec Lawler dès la première action pour un touché de 35 verges, mais la conversion est bloquée sur la ligne des buts. LA STATISTIQUE IMPORTANTE : 7 Les sept premières possessions des Blue Bombers se sont soldées par sept dégagements, ainsi qu’une interception et le touché de Wolitarsky. JEU DE BALLE : Brady Oliveira, RB : A cumulé 88 verges et deux touchés en course et a attrapé une passe de 12 verges pour un autre touché. Il compte maintenant 990 verges en

REGINA – First thing’s first with the big picture storyline from the Labour Day Classic… The Winnipeg Blue Bombers fell in the annual throw down between two Prairie rivals, dropping a 32-30 decision in overtime to the Saskatchewan Roughriders in front of a sold-out crowd at Mosaic Stadium and, as a result, are now 9-3 and whiffed on their first crack to clinch a playoff spot.

But it is the subplot to the loss – and one play in particular – that will certainly be THE talking point in Winnipeg in the days leading up to next Saturday’s rematch in the annual Banjo Bowl.

With just over four minutes left in the game Blue Bombers quarterback Zach Collaros was head-butted well after the whistle by Roughriders defensive end Pete Robertson with the officiating crew somehow missing it before the command centre stepped in to right the wrong.

The Blue Bombers would then take their first lead of the game on the next play on a Brady Oliveira TD and then make enough mistakes in the final few minutes to spit up the advantage and lose, but the seething anger from that hit – especially from Collaros – was palpable inside about outside the locker room after the defeat.

Collaros’ post-game interview lasted all of 69 seconds, but his reaction to the hit was the most emotional he’s been in his days as a Blue Bomber. Here’s the entire exchange with Jeff Hamilton of the Winnipeg Free Press from the scrum:

Hamilton: “You were pretty heated on the sidelines after that hit by Pete Robertson. What did you see?”

Collaros: “What did you see?”

Hamilton: “I saw a guy head butt you.”

Collaros: “Yeah. You think the league will do anything about it?”

Hamilton: “I’m not sure.”

Collaros: “You’ve been around the league a long time. What would your assumption be?”

Hamilton: “I wouldn’t hold my breath.

Collaros: “Yeah.”

Hamilton: “This league doesn’t really surprise me anymore.”

Collaros: “Surprise you? It happens all the time.”

Added head coach Mike O’Shea when it was suggested by The Sun’s Ted Wyman that Collaros was ‘pretty mad’: “Rightfully so. Ridiculous. I’m not sure why there’s not a flag on the field and it’s got to go to the command centre. I do not understand that. I hear too many times ‘I didn’t see it.’ I don’t know what to say. I don’t know what the standard is anymore, really, and I’m on the rules committee. I have no clue.”

Ultimately the game wasn’t decided on that play, as the Roughriders scored in overtime and added the two-point conversion, with the Blue Bombers missing their own conversion after Collaros connected with Kenny Lawler for a 35-yard TD.

But, again, the rematch just got even more interesting.

“It’s not about revenge or anything like that, but we definitely have some payback for what happened tonight,” said Nic Demski. “That’s the beauty of this sport. You might lose one game, but you have the opportunity to come out and play the next week. We’ve got some stuff to fix, obviously. But at the end of the day we have another opportunity to go out and compete”

SLUGGISH START:

The Blue Bombers trailed 3-0 after the opening quarter after a sputtering start that came instantly with Roughrider kicker Brett Lauther jumping on his own short kick on the opening kickoff.

Collaros did not complete a pass in the first half and had his second attempt intercepted by Nick Marshall. All told, Winnipeg had just three first downs to start and just 27 net offensive yards, all of it coming from Brady Oliveira.

“I’m frustrated. I hate losing. I play this game to win games. I’m very, very, very competitive and so is this group,” said Oliveira, who had 88 yards on 17 carries. “There’s lots of pissed off guys in this locker room right now and that’s good.

“We’ve got to be mad about that, that’s not the result that we wanted. They made more plays than us. Credit to them. But we’re the better team for sure. We’ve got to play cleaner, make the plays when they come to us and play an entire 60 minutes from start to finish.”

The Blue Bombers attack did find some rhythm, with Collaros connecting with Drew Wolitarsky and Lawler for TDs and Oliveira rushing for two more. But the mistakes were all over the field in all three phases of the game.

D’ STAGGERS, RECOVERS, FALLS:

The Blue Bombers defence entered the game having gone nine quarters without giving up a TD – a number that grew to 10 after the first quarter.

But facing a fresh-faced QB in Jake Dolegala, who was making just his third start, they surrendered 326 yards passing and gave up a four-point fourth quarter lead including the game-tying field goal with 31 seconds left and then the TD and conversion in overtime.

“Some plays got away from us offensively, defensively and special teams, too,” said Willie Jefferson. “We’ve got to shake it off and be better next week. We had opportunites to put them away, get off the field on second down, convert on second down and get some first downs on offence and back them up on special teams.

“The first thing is to watch the film, correct the mistakes, own the mistakes. We’re a good team. They played a good game. Give them credit. They were at home, they had the momentum at times and they were able to make plays at the end to put themselves on top.”

NEXT:

“We’re moving on to next week. We didn’t get the win. Let’s go get this one next week at home. Now it’s about us. It’s about putting our best foot forward. Put some love on each other and play ball. That’s the only thing we can do. It’s not about anybody else, but us.” – Jermarcus Hardrick.

NOTABLE:

The Riders now hold a 38-20 edge in the Classic dating to 1949… Collaros is now 6-1 in Labour Day Classics, having gone 3-0 as a member of the Hamilton Tiger-Cats, 1-0 in his season with Saskatchewan and now 2-1 since becoming a Blue Bomber… Winnipeg had its streak of six straight wins vs the Riders snapped, including four straight games against their rivals at Mosaic Stadium.

THE BIG MOMENT

Overtime… the Riders score on their first possession and got the two-point convert, forcing the Blue Bombers to match to extend the extra time. Collaros connected with Lawler on the first play for the 35-yard score, but conversion was knocked down at the goal line.

THE BIG STAT: 7

Winnipeg’s first seven possessions featured seven punts, along with an interception and the Wolitarsky TD.

GAME BALL

Brady Oliveira, RB: Rushed for 88 yards and two scores and pulled in one pass for another 12. He now has 990 yards rushing on the season.

NEXT:

Part II of the annual back-to-back with the Roughriders goes next week back in Winnipeg with The Banjo Bowl, which sold out weeks ago, scheduled to kickoff at 3 p.m.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *