Pourquoi l’expédition de produits depuis la Chine est bien moins chère que d’un point à un autre au Canada ?


Pourquoi il est beaucoup moins cher d’expédier des articles de la Chine que dans tout le Canada #ExpéditionInternationale #Compétitivité #CommerceÉlectronique

Lorsque Neil Pitman cherchait à acheter une nouvelle pièce pour son autocuiseur, il ne pouvait pas croire la différence de prix entre l’expédition depuis les États-Unis vers sa maison à Sherbrooke, au Québec, par rapport au coût de l’expédition depuis la Chine. La pièce lui aurait coûté moins de 1 $ pour l’expédier depuis la Chine. Mais s’il l’avait commandée aux États-Unis, il aurait fallu payer 22,99 $ pour l’expédition.

« J’achète souvent des choses sur eBay et je suis toujours surpris de voir combien cela coûte cher pour expédier des articles depuis les États-Unis par rapport à la Chine », a déclaré Pitman. « Cela ne coûte presque rien pour expédier depuis la Chine. Et j’aimerais acheter des produits américains ou canadiens. Mais même depuis la province voisine, cela coûte bien plus cher. »

Serasu Duran, professeur adjoint de gestion des opérations et de la chaîne d’approvisionnement à l’Université de Calgary, explique qu’il peut coûter environ 5 ou 6 dollars par kilogramme pour expédier un colis de la Chine au Canada. « Ce qui est assez bon marché », a déclaré Duran. Selon le calculateur de tarifs d’expédition de Postes Canada, il peut coûter environ 24 $ pour envoyer un colis d’un kilogramme entre les provinces canadiennes. Et il en coûterait 28,50 $ pour envoyer un colis d’un kilogramme du Canada vers la Chine, en fonction de sa taille.

La raison de cette différence remonte à 1874 et à une agence internationale appelée l’Union postale universelle. Il était auparavant très difficile d’envoyer une lettre d’un pays à un autre, selon Paulus Schoorl, responsable du programme et conseiller en politique et réglementation pour l’Union postale universelle à Berne, en Suisse. Si vous envoyiez une lettre à travers plusieurs pays, vous deviez payer une somme considérable. Chaque fois que le courrier franchissait une frontière, cela engendrait des frais supplémentaires pour l’expéditeur. « C’était extrêmement complexe et difficile d’envoyer une lettre d’un pays à un autre pays, parfois même à travers différentes juridictions ou zones administratives », explique Schoorl.

La Chine s’est retrouvée avec un avantage concurrentiel majeur lorsque le commerce électronique a explosé dans les années 2010 en raison de ses tarifs d’expédition bon marché. Cela a conduit à des réunions entre les représentants à Berne, en Suisse, en 1874, et à la signature du Traité de Berne, qui a conduit à la création de l’Union postale universelle. Il s’agissait d’un accord selon lequel les pays se chargeraient de livrer gratuitement les lettres et petits colis des autres pays. « À ce moment-là, il a été décidé que tous les services postaux étaient des services universels », explique Schoorl. L’idée était que cela s’équilibrerait, chaque pays aidant l’autre.

Après 100 ans, il y a eu un changement. Schoorl explique que l’Italie estimait qu’il y avait un déséquilibre. Les facteurs italiens livraient plus de courrier international, car les gens y commandaient de lourds magazines. Pendant ce temps, le pays n’envoyait pas presque autant de courrier qu’il n’en recevait. Dans les années 1960, les pays faisant partie de l’Union postale universelle sont parvenus à un nouvel accord. Si un pays recevait plus de courrier international qu’il n’en envoyait, il serait rémunéré pour la différence. À l’époque, cela correspondait à la moitié d’un franc-or, une monnaie autrefois utilisée par les organisations internationales, par kilogramme de courrier international. Mais tous les pays ne pouvaient pas se le permettre.

En 2018, le président américain Donald Trump a menacé de retirer les États-Unis de l’Union postale universelle. Les États-Unis et d’autres pays, dont le Canada, ont pu négocier un nouvel accord au sein de l’Union postale universelle. Selon Mindaugus Cerpikin, économiste étudiant le système postal à Copenhague, les États-Unis ont pu obtenir les plus grandes concessions. Le Canada a pu augmenter ses tarifs progressivement, mais Cerpikin affirme qu’il existe encore un grand écart. « Les États-Unis ont été autorisés à augmenter leurs frais et à le faire plus rapidement que d’autres pays industrialisés. » Le Canada et d’autres pays peuvent augmenter leurs frais d’environ 16 % par an, selon Cerpikin. « Bien que cela puisse sembler beaucoup, il faut considérer que certains pays comme le Canada ont besoin d’une augmentation de 200 à 400 % pour combler l’écart entre les tarifs nationaux et internationaux. »

Selon Postes Canada, il peut coûter environ 24 $ pour envoyer un colis d’un kilogramme entre les provinces, en fonction de sa taille et de sa destination. La CBC a contacté Postes Canada au sujet du coût de l’expédition au Canada. Elle a refusé une interview, mais a envoyé une réponse par e-mail. « Les tarifs des colis ne sont pas réglementés et sont entièrement concurrentiels dans l’industrie », a déclaré la porte-parole Lisa Liu. « Postes Canada fixe les tarifs d’expédition en fonction de plusieurs facteurs, notamment l’origine et la destination, qui tiennent également compte des densités de population. Le poids et la taille du colis, les coûts de traitement, de transport et de livraison sont pris en compte dans le tarif. » En attendant, Pitm+ an aimerait soutenir les entreprises locales et acheter auprès de vendeurs en Amérique du Nord. Mais tant que les frais d’expédition seront aussi élevés, il lui sera difficile de le justifier. « J’aimerais favoriser les fournisseurs canadiens et américains, mais cela n’a vraiment aucun sens. »

When Neil Pitman was trying to buy a new piece for his pressure cooker, he couldn’t believe the price difference between getting it shipped from the United States to his home in Sherbrooke, Que., compared to the cost of it coming from China. 

The part would have cost him less than $1 to ship from China. But if he had ordered it from the U.S., it would have cost $22.99 to ship.

« I buy stuff off of eBay reasonably often, and I’m always surprised how much it costs to ship things from the U.S. as compared to from China, » said Pitman.

« It costs almost nothing to ship from China. And I’d like to buy American or Canadian. But even from the next province, it costs way more. »

Serasu Duran, a University of Calgary assistant professor of operations and supply chain management in the Haskayne School of Business, says it can cost about $5 or $6 per kilogram to ship a package from China to Canada. 

« Which is quite cheap, » said Duran. 

According to Canada Post’s shipping rate calculator, it can cost about $24 to send a one-kilogram package between provinces. And it would cost $28.50 to send a one-kilogram package from Canada to China, depending on its size.

The reason for that dates all the way back to 1874 and an international agency called the Universal Postal Union. 

The history of post

It used to be quite difficult to send a letter from one country to another, according to Paulus Schoorl, program manager and policy and regulatory adviser for the Universal Postal Union in Bern, Switzerland.

If you sent a letter through multiple countries, you’d have to pay big bucks, he said. Each time mail crossed a border, it would incur an additional cost for the sender.

« It was awfully complex and difficult to send a letter from one country to another country, actually, sometimes across different jurisdictions or administrative areas, » said Schoorl.

Hundred of shipping containers at a port.
China found itself with a major competitive advantage as e-commerce took off in the 2010s because of its cheap shipping rates. (Chinatopix/The Associated Press)

That led to representatives meeting in Bern, Switzerland, in 1874 and signing the Treaty of Bern, leading to the creation of the Universal Postal Union. It was an agreement that countries would carry other countries’ letters and small parcels for free.

« At that point, it was decided that all the [postal] services are universal service, » said Schoorl. 

The idea was it would all balance out, with each country helping the other.

An imbalance

After 100 years, there was a change. 

Schoorl says that Italy felt there was an imbalance. Italian postal carriers were delivering more international mail, as people there were ordering heavy magazines. Meanwhile, the country wasn’t sending out nearly as much mail as it was receiving. 

In the 1960s, countries that were a part of the Universal Postal Union came to a new agreement. If a country was receiving more international mail than it was sending, it would be paid for the difference.

At the time, that was one half of a gold franc, a currency formerly used by international organizations, per kilogram of international mail. But not all countries could afford it. 

Former United States President Donald Trump.
During Donald Trump’s time as U.S. president in 2018, he threatened to pull the the country out of the Universal Postal Union. (James Lawler Duggan/Reuters)

The Universal Postal Union set up a fee so richer countries would pay more to have their international mail delivered than countries with developing economies. 

« The central idea is that any citizen or business should be able to send mail packages through the Global Postal Network to any destination, » said Schoorl.

At the time, China was considered a country with a developing economy, meaning the country would be charged less for international mail than other countries. And that went unchanged for decades. 

Where we are now

As e-commerce took off in the 2010s, China found itself with a major competitive advantage. It could ship to North America at a cheap rate. Canada Post and the U.S. Postal Service were delivering packages and not being compensated very well, says Schoorl.

In 2018, U.S. President Donald Trump pushed back on the rates and threatened to pull the country out of the Universal Postal Union. 

The United States and other countries, including Canada, were able to negotiate a new deal withing the Universal Postal Union. 

According to Mindaugus Cerpikin, an economist who studies the postal system in Copenhagen, the U.S. was able to land the biggest concessions. Canada was able to increase its rates over time, but Cerpikin says there is still a big gap.

« The U.S. was allowed to raise its fees and they were allowed to do it faster than other industrialized countries. »

Canada and other countries can raise their fees about 16 per cent annually, Cerpikin said.

« While 16 per cent may sound like a lot, one must consider that some countries like Canada need between [a] 200 to 400 per cent increase to close the gap between domestic rates and international rates. » 

Canada Post truck.
According to Canada Post’s shipping rate calculator, it can cost about $24 to send a one-kilogram package between provinces, depending on its size and where you want to send it. (Jason Viau/CBC)

The CBC reached out to Canada Post about the cost of shipping in Canada. It declined an interview, but sent an emailed response. 

« Parcel rates are non-regulated and fully competitive within the industry, » spokesperson Lisa Liu said.

« Canada Post determines shipping rates based on several factors, including the origin and destination, which also consider population densities. The parcel weight and size, costs of processing and transportation and delivery are factored into the rate. »

In the meantime, Pitman would like to support local and buy from sellers in North America. But as long as shipping costs are as high as they are, it’s hard for him to justify it. 

« I would like to prefer Canadian and our American suppliers, but it really doesn’t make any sense. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *