Les mesures de soutien financier de François Legault fortement défendues face à l’opposition – une lecture passionnante et captivante


Le premier ministre François Legault a décidé de défendre ses mesures de soutien financier en réponse aux critiques de l’opposition. Dans une lettre publiée sur Facebook, il a dressé une liste détaillée des actions entreprises par son gouvernement pour aider les Québécois qui éprouvent des difficultés financières. Parmi ces mesures figurent la réduction des taxes scolaires, l’augmentation des allocations familiales, l’unification des tarifs des services de garde et l’envoi de chèques pour compenser l’inflation croissante.

M. Legault a réagi aux attaques de l’opposition, qui l’accusait de ne pas en faire assez pour aider les citoyens à faire face à l’augmentation des prix. Il a souligné qu’il travaillait depuis cinq ans à remettre plus d’argent dans le portefeuille des Québécois et qu’il comptait continuer sur cette lancée.

Les partis d’opposition, Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ), ont promis de faire pression sur le gouvernement Legault en ce qui concerne la crise de l’inflation lors de la reprise des travaux à l’Assemblée nationale. Le chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a critiqué le manque d’efforts du gouvernement pour aider les plus démunis, affirmant que M. Legault était déconnecté de leur réalité. De son côté, le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, a accusé la CAQ de ne pas avoir tenu sa promesse de remettre plus d’argent dans le portefeuille des Québécois.

En réponse à ces critiques, M. Legault a rappelé son passé modeste et affirmé qu’il comprenait les difficultés financières des Québécois. Il a souligné qu’il avait pris des mesures pour aider les personnes âgées défavorisées, même si cela n’était pas promis pendant la campagne électorale. Il a également mentionné d’autres mesures prises pour remettre plus d’argent dans le portefeuille des Québécois, telles que des aides à l’achat de matériel scolaire et des stationnements gratuits dans les hôpitaux et les centres de soins de longue durée. M. Legault a conclu en critiquant les partis d’opposition pour leur manque de soutien concret aux Québécois et en les accuant de vouloir augmenter leurs impôts.

En résumé, François Legault a tenu à réaffirmer son engagement à aider les Québécois financièrement en défendant les mesures prises par son gouvernement. Il a également critiqué les partis d’opposition pour leurs attaques, affirmant qu’il travaillait depuis cinq ans à aider concrètement les Québécois, contrairement à eux.

Le premier ministre François Legault n’a visiblement pas aimé que les partis d’opposition l’accusent de ne pas avoir rempli sa promesse de remettre « plus d’argent dans le portefeuille des Québécois » comme ils l’ont fait cette semaine.

Dans une missive publiée dimanche sur Facebook, M. Legault a dressé une longue liste des mesures prises par son gouvernement depuis son arrivée au pouvoir en 2018 pour venir en aide aux Québécois qui ont de la difficulté à joindre les deux bouts.

Le premier ministre a notamment souligné la réduction des taxes scolaires, l’augmentation des allocations aux familles, l’imposition d’un tarif unique pour les services de garde ainsi que l’envoi de chèques pour contrer les impacts de l’inflation.

M. Legault a tenu à faire cette sortie, a-t-il expliqué, pour répondre aux partis d’opposition à l’Assemblée nationale, qui l’ont accusé cette semaine de ne pas en faire assez pour aider les Québécois à s’adapter à la hausse galopante de l’inflation.

Les oppositions viennent de se réveiller, mais moi, je n’ai pas attendu pour aider le monde. Ça fait cinq ans que je travaille à remettre plus d’argent dans votre portefeuille et j’ai bien l’intention de continuer, a écrit le premier ministre, pour qui publier un long message est devenu une habitude la fin de semaine.

Lors de leur caucus présessionnel respectif, jeudi, Québec solidaire (QS) et le Parti québécois (PQ) ont tous deux promis de talonner le gouvernement Legault au sujet de la crise de l’inflation dès la reprise des travaux à l’Assemblée nationale.

Gabriel Nadeau-Dubois.

Gabriel Nadeau-Dubois, chef parlementaire de QS, reproche au gouvernement Legault de ne pas en faire assez pour les Québécois en ces temps difficiles. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada

Le chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, a notamment reproché au gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) de ne pas en avoir fait suffisamment pour aider les Québécois en ces temps difficiles, car le premier ministre est déconnecté de la réalité des plus démunis.

François Legault ne rencontre pas souvent des gens qui font leur épicerie au Dollarama pis ça paraît. Il ne sait pas c’est quoi, lui, vérifier son compte AccèsD avant d’aller faire l’épicerie, a-t-il soutenu en mêlée de presse.

De son côté, le chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, a carrément affirmé que, parmi les promesses brisées de la CAQ, il y a celle de remettre plus d’argent dans le portefeuille des Québécois.

Il a estimé qu’avec l’inflation, la hausse de 11 % du prix des aliments, l’augmentation du prix de l’essence, l’explosion des loyers et des taux hypothécaires, les ménages québécois se sont plutôt appauvris sous le règne caquiste, malgré les chèques et les baisses d’impôt du gouvernement.

Paul St-Pierre Plamondon à l'Assemblée nationale.

Pour Paul St-Pierre Plamondon, la CAQ n’a pas rempli sa promesse de remettre plus d’argent dans le portefeuille des Québécois. (Photo d’archives)

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La réplique

Or, François Legault s’est défendu dimanche d’être déconnecté de la réalité des plus démunis, rappelant avoir lui-même grandi dans une famille modeste.

On n’était pas riche chez nous, a-t-il raconté. Pour tenir son budget, ma mère avait un système de petites enveloppes pour chaque dépense : l’hypothèque, l’épicerie, même une enveloppe pour la quête du dimanche! Je me souviens qu’elle se sacrifiait pour nous.

Lors de la campagne électorale de 2018, au terme de laquelle il a décroché son premier mandat à titre de premier ministre, M. Legault dit donc avoir lu les commentaires laissés par les citoyens sur sa page Facebook qui lui mentionnaient : On est avec vous, on vous appuie, mais oubliez-nous pas.

Les histoires qu’on me racontait, ça m’a remué, a-t-il avoué.

C’est pourquoi, a-t-il écrit, l’une de ses premières commandes à son nouveau ministre des Finances, Éric Girard, a été de faire un geste pour aider les aînés les moins riches.

On ne l’avait pas promis en campagne électorale, mais on a quand même versé un montant de 200 $ à des centaines de milliers de personnes âgées qui avaient de la misère à arriver. Je me souviens de commentaires comme quoi 200 $, ce n’était pas grand-chose. Mais moi je me souvenais de ma mère pour qui chaque dollar était compté. Quand on n’a pas des gros revenus, 200 $, ça compte.

Dans son message, M. Legault a ensuite présenté les mesures prises par son gouvernement pour remettre plus d’argent dans le portefeuille des Québécois, incluant des versements pour aider à l’achat de matériel scolaire, l’ajout d’une période de deux heures gratuite pour accéder aux stationnements des hôpitaux et des centres de soins de longue durée, sans oublier les chèques de 500 $, puis de 400 $ à 600 $ dans un second temps, qui ont été envoyés dans les derniers mois en réponse à l’inflation.

Je pourrais continuer longtemps à faire la liste de toutes les mesures qu’on a prises comme gouvernement pour que vous ayez plus d’argent. Aucun gouvernement au Canada n’en a remis autant, s’est-il targué, avant de lancer une dernière flèche en direction des partis d’opposition.

Ce qui m’a décidé à vous écrire tout ça, ce sont les attaques de Gabriel Nadeau-Dubois et Paul Saint-Pierre-Plamondon. Ils viennent de découvrir que beaucoup de Québécois avaient besoin qu’on leur laisse plus d’argent et qu’on les aide. Pendant que je travaille depuis cinq ans à aider le monde concrètement, le chef du PQ a déchiré sa chemise contre les baisses d’impôt. M. Nadeau-Dubois, lui, voulait piger dans vos poches avec ses taxes orange. Faut avoir du front.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *