L’équipe des États-Unis cherche à mettre fin à ses problèmes de rebonds lors des phases éliminatoires de la FIBA.


L’équipe des États-Unis cherche à mettre fin à ses problèmes de rebond lors de la phase finale de la FIBA #Basketball #FIBA #TeamUSA

MANILLE, Philippines — Il était naturel de vouloir se concentrer sur la défaite décevante face à la Lituanie lundi, mais Team USA n’avait pas le temps pour ça.

La Coupe du Monde de la FIBA a atteint sa phase finale, le tour éliminatoire. Malgré la douloureuse défaite 110-104 dimanche, les Américains sont parvenus jusqu’à ce stade. Les champions du monde en titre, l’Espagne, n’ont pas réussi. La médaille d’argent olympique, la France, non plus. Les médaillés de bronze olympiques, l’Australie, non plus. Le Canada, donné par les bookmakers comme le plus grand défi pour les États-Unis dans le tournoi, a avancé seulement après une remontée spectaculaire au quatrième quart-temps dimanche.

Les difficultés pour les meilleures équipes sont normales et rien n’est encore perdu pour Team USA, qui s’est renforcée en interne alors qu’elle se préparait à affronter l’Italie en quarts de finale mardi (ESPN2 8h40 HE). Une autre défaite, cependant, et c’est fini. Les États-Unis ont perdu en quarts de finale de la Coupe du Monde en 2019 et ont fini septièmes.

« Waking up today, knowing we have the same opportunity than if we’d have won that game, you just go capitalize on it, » said guard Austin Reaves, who had his worst game of the tournament Sunday as he fouled out with seven points in just 13 minutes.

« It makes it real. Obviously now it’s lose or go home…that taste in your mouth don’t feel good. »

L’encadrement de l’équipe a fait passer le travail d’une longue séance de visionnage de vidéos avant l’entraînement lundi. À l’étude, une partie des ravages causés par la perte de la bataille du rebond, 43-27. Au cours des deux derniers matchs, les Américains ont été dominés au rebond par la Lituanie et le Monténégro de 34 rebonds au total.

Ils ont permis de récupérer un effrayant 41 rebonds offensifs lors de ces deux matchs, soit le même nombre de rebonds défensifs qu’ils ont captés.

Un gros facteur dans tout ça a été les difficultés du pivot titulaire Jaren Jackson Jr., qui n’a récupéré qu’un rebond lors des deux derniers matchs au total et qui a été constamment en difficulté avec les fautes.

« You just gotta be super, super careful (with fouls), » said Jackson, who picked up two in less than three minutes to start Sunday’s game. « You have to understand you’re very, very valuable. »

Team USA est souvent plus petit que ses adversaires lors des matchs de la Coupe du Monde et une partie de cela est acceptée en sacrifice pour la rapidité et la polyvalence. Mais l’entraîneur Steve Kerr a déclaré avoir montré à l’équipe des exemples de mauvais repli défensif qui ruinent leurs tentatives de remporter des possessions.

« Il y a certaines clés que nous avons montrées à nos gars pour améliorer notre positionnement au rebond des deux côtés du terrain, » a déclaré Kerr. « Vous ne pouvez pas avoir les quatre ou cinq actions où les gars regardent la balle au lieu de tourner et de trouver un joueur. »

Kerr a essayé différentes compositions d’équipe, certaines avec plusieurs grands joueurs et d’autres plus petites. Il pense que la composition d’équipe est moins importante que ce que montrent les vidéos sur l’effort collectif du groupe.

« If we change the possession now our speed takes over, right? So that’s what we have to, to recognize not so much what our lineup is, » Kerr said. « It’s how attentive and alert and aggressive all five guys are. »

Contrairement au Monténégro et à la Lituanie, l’Italie ne compte pas autant sur le jeu intérieur pour marquer, mais plutôt sur un jeu en mouvement. Ils ne sont pas aussi féroces en termes de rebonds offensifs, se classant 13e des 32 équipes de la Coupe du Monde en rebonds offensifs par match.

Ils sont plus petits – l’ancien joueur de la NBA Nicoli Melli est leur meilleur rebondeur à 2,06 mètres. Le meilleur marqueur de l’Italie est Simone Fontecchio, l’ailier du Utah Jazz, qui a marqué 30 points lors d’une performance éblouissante contre la Serbie lors d’une victoire cruciale vendredi dernier.

En théorie, les Italiens jouent un style qui devrait être plus confortable à gérer pour les Américains. Mais il ne faut rien considérer comme acquis à ce stade. Bien que les États-Unis aient joué une deuxième mi-temps bien meilleure, remontant après avoir été menés de 21 points par les Lituaniens, ils ne sont pas dans la bonne direction.

Ils ont pris du retard en début de match lors de trois des cinq rencontres disputées à la Coupe du Monde et ont été derrière à la mi-temps lors des deux derniers matchs. Une partie de cela est imputable à Jackson, qui a été relégué sur le banc à cause des fautes. Mais le reste de l’effectif de départ – Jalen Brunson n’a réussi que 5 tirs sur 12 lors des deux derniers matchs et Josh Hart, un important rebondeur, n’en a capté que quatre au total – n’a pas fait le travail.

L’une des plusieurs tendances qui doit s’inverser si Team USA veut retrouver son jeu fort du début de l’été.

« That’s on me for sure. I think I’ve had great second halves, and I have to be able to have that same gear when we first start going, » Jackson said. « You don’t want to be digging out that hole. So yeah, I’ll own that for sure. »

MANILA, Philippines — It was human nature to want to focus on a disappointing loss to Lithuania on Monday, but Team USA had no time for it.

The FIBA World Cup has reached its final phase, the knockout round. Despite the stinging 110-104 defeat Sunday, the Americans made it there. The defending world champs, Spain, didn’t. Olympic silver medalist France didn’t. Olympic bronze medalist Australia didn’t, either. Canada, the oddsmakers pick as the greatest challenge to the U.S. in the tournament, advanced only after a fourth-quarter comeback Sunday.

So struggles for top teams are normal and nothing yet is lost for Team USA, which was internally re-enforced as they prepared to face Italy in the quarterfinals Tuesday (ESPN2 8:40 am ET). One more loss, however, and it’s over. The U.S. lost in the World Cup quarterfinals in 2019 and ended up seventh.

« Waking up today, knowing we have the same opportunity than if we’d have won that game, you just go capitalize on it, » said guard Austin Reaves, who had his worst game of the tournament Sunday as he fouled out with seven points in just 13 minutes.

« It makes it real. Obviously now it’s lose or go home…that taste in your mouth don’t feel good. »

The coaching staff put the team through a lengthy film session before practice Monday. Under review was some of the carnage from losing the rebounding battle, 43-27. Over the last two games, the Americans have been outrebounded by Lithuania and Montenegro by 34 total rebounds.

They have allowed a horrifying 41 offensive rebounds in the two games, the same amount of defensive rebounds they pulled down.

A big factor in that has been the struggles of starting center Jaren Jackson Jr., who has one rebound in the last two games total and has been in constant foul trouble.

« You just gotta be super, super careful (with fouls), » said Jackson, who picked up two in less than three minutes to start Sunday’s game. « You have to understand you’re very, very valuable. »

Team USA is outsized in many games in the World Cup and some of that is accepted as a sacrifice for quickness and versatility. But coach Steve Kerr said he showed the team examples of lethargic group rebounding that is crushing their attempts to win possessions.

« There’s certain keys that we’ve shown our guys where we can get in better rebounding position at both ends of the floor, » Kerr said. « You just can’t have the four or five plays where guys are ball watching as the shot goes up instead of turning and finding a man. »

Kerr has tried various lineups, some playing with multiple big men and some staying small. He believes the lineup is less important that what the film has been showing about the group-wide effort.

« If we change the possession now our speed takes over, right? So that’s what we have to, to recognize not so much what our lineup is, » Kerr said. « It’s how attentive and alert and aggressive all five guys are. »

Unlike Montengero and Lithuania, Italy doesn’t rely on scoring as much out of the post as they do on motion offense. They are not as fierce in terms of offensive rebounding, ranking 13th of the 32 teams in the World Cup in offensive rebounds per game.

They are smaller — former NBA player Nicoli Melli is their top rebounder at 6-foot-9. Italy’s top scorer is current Utah Jazz forward Simone Fontecchio, who scored 30 points in a brilliant showing against Serbia in a crucial win last Friday.

In theory, the Italians play a style that should be more comfortable for the Americans to manage. But there is nothing to be taken for granted at this point. Though the U.S. played a much better second half, mounting a comeback after falling down by as many as 21 points to the Lithuanians, they are not trending in the right direction.

They have fallen behind early in three of the five games they’ve played at the World Cup and have been down at the half in each of the last two games. Some of that is on Jackson, who has been buried on the bench in foul trouble. But the rest of the starting unit – Jalen Brunson is just 5-of-12 shooting in the last two games, and key rebounder Josh Hart has just four total in that stretch – hasn’t been getting it done.

One of the several trends that needs to reverse if Team USA is going to re-discover its earlier strong play this summer.

« That’s on me for sure. I think I’ve had great second halves, and I have to be able to have that same gear when we first start going, » Jackson said. « You don’t want to be digging out that hole. So yeah, I’ll own that for sure. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *