Élisabeth Borne annonce une mesure choc : la « puff » sera bientôt interdite !


#Tabagisme #Santé #CigaretteÉlectronique #Puff #Interdiction

Élisabeth Borne, Première ministre française, a confirmé lors d’une interview à RTL que les cigarettes électroniques jetables, connues sous le nom de « puffs », seront bientôt interdites. Cette annonce intervient dans le cadre de la lutte nationale contre le tabagisme que le gouvernement s’apprête à présenter.

Dans son interview, Élisabeth Borne a souligné que la fiscalité sur le tabac n’augmenterait pas l’année prochaine. Cependant, elle a tenu à rappeler que la consommation du tabac est un enjeu majeur de santé publique, avec 75 000 décès chaque année en France.

C’est dans ce contexte que le gouvernement envisage d’interdire les cigarettes électroniques jetables, les « puffs », qui sont devenues très populaires auprès des jeunes. Ces cigarettes électroniques proposent des saveurs sucrées et fruitées dans des emballages attractifs, ce qui les rend particulièrement attrayantes pour les adolescents. Il convient de noter que la cigarette électronique est déjà interdite aux mineurs.

Cette interdiction imminente des « puffs » fait écho à des mesures déjà prises par d’autres pays européens tels que l’Allemagne, la Belgique et l’Irlande. En effet, ces petits tubes contenant de la nicotine peuvent conduire les jeunes vers une consommation de tabac plus importante.

Au-delà des enjeux sanitaires, cette interdiction se justifie également d’un point de vue environnemental. En effet, les « puffs » sont fabriquées en plastique et contiennent une batterie au lithium non recyclable.

Avec cette nouvelle mesure, le gouvernement français espère lutter efficacement contre le tabagisme chez les jeunes et protéger leur santé. Il s’agit d’une décision attendue et nécessaire dans la lutte contre les méfaits du tabac.

#Prévention #SantéPublique #Jeunesse #Environnement

Cette cigarette électronique jetable est dans le viseur des autorités depuis plusieurs mois. Le gouvernement doit bientôt présenter un « plan national de lutte contre le tabagisme ».






Par M.P. avec AFP


Premium Lecture audio réservée aux abonnés


Élisabeth Borne a annoncé, dimanche, que la fiscalité sur le tabac n’augmenterait pas l’an prochain, et a confirmé dans un entretien à RTL que les cigarettes électroniques jetables « puffs » seraient « prochainement » interdites. « On a augmenté la fiscalité sur le tabac cette année et on ne prévoit pas de l’augmenter l’an prochain », a déclaré la Première ministre, alors que le gouvernement met la dernière touche à ses budgets 2024. « Ça ne veut pas dire qu’on n’est pas très vigilant sur la consommation du tabac », précise Élisabeth Borne, pointant que « le tabac, c’est 75 000 morts par an ».

Un chiffre « énorme » et « un enjeu important de santé publique ». Dans ce sens, le gouvernement « présentera prochainement un nouveau plan national de lutte contre le tabagisme avec notamment l’interdiction des cigarettes électroniques jetables, les fameuses puffs, qui donnent des mauvaises habitudes aux jeunes », a-t-elle précisé.

À LIRE AUSSIFaut-il interdire la puff, cette cigarette jetable que les jeunes adorent ? Avec ses saveurs enfantines, sucrées ou fruitées (marshmallow, ice candy, choco noisette…), ses emballages aux couleurs vives évoquant des friandises et son prix modique allant de 8 à 12 euros pour 500 bouffées, la puff, qui existe sous une vingtaine de marques, inquiète car elle cible les adolescents, alors que la cigarette électronique est interdite aux mineurs.

Déjà interdite dans plusieurs pays européens

Plusieurs pays européens comme l’Allemagne, la Belgique et l’Irlande ont déjà amorcé une telle interdiction de ces petits tubes arrivés en France fin 2021, qui proposent un certain nombre de bouffées pour un taux de nicotine compris entre 0 et 20 milligrammes par millilitre.

« On peut nous dire que ce n’est pas de la nicotine. Mais c’est un réflexe, un geste auquel les jeunes s’habituent. Ensuite, c’est comme ça qu’ils vont vers du tabagisme et il faut arrêter cela », a plaidé la locataire de Matignon.

L’ancien ministre de la Santé François Braun avait déjà ouvert en mai la porte à une interdiction imminente des puffs, qui doit s’inscrire dans un plan antitabac prévu sur la période 2023-2028. Sanitaire, l’enjeu est aussi environnemental. Jetables, les puffs sont en effet en plastique et contiennent une batterie au lithium non recyclable.

À LIRE AUSSICancer du poumon : 2 à 3 fois plus de dépistages positifs chez les femmes


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *